Marier Mariane

jeudi 20 mai 2010
par  BM

Le texte : TARTUFFE, ACTE II , SCÈNE PREMIÈRE, vers 427 à 456

Orgon.

« Mariane. »

[...]

Orgon.

« Oui, je prétends, ma fille, / unir par votre hymen Tartuffe à ma famille. / Il sera votre époux, j’ai résolu cela ; / et comme sur vos vœux je... »

Une vidéo

Que peut-on expliquer dans cette scène ?

- Le procédé d’interrogatoire secret : révélation qu’Orgon se méfie de sa famille, sait que personne n’aime Tartuffe, et prend des précautions.

« Je voi / si quelqu’un n’est point là qui pourroit nous entendre ; / car ce petit endroit est propre pour surprendre. »

Ce petit cabinet est celui où se cache Damis pendant que Tartuffe fait la cour à sa belle-mère, et plus tard Orgon sera caché sous la table. Cette obsession du secret est un signe intéressant chez Orgon, seul contre toute sa famille qui n’aime pas Tartuffe. De plus, c’est un moyen de circonvenir sa fille, sans la défense de Dorine. Il faut examiner le jeu de scène.

- Les précautions d’Orgon, qui prend un chemin très détourné pour faire dire à Mariane qu’elle veut bien se marier : marques de méfiance, autorité très abusive qui passe par une question contraignante, en effet il suffirait que Mariane soit un peu inattentive et réponde oui ...

- Le jeu d’écho et d’incrédulité de la jeune fille soumise qui comprend d’un seul coup ce qui lui arrive.

« Dites-moi donc, ma fille, / qu’en toute sa personne un haut mérite brille, / qu’il touche votre cœur, et qu’il vous seroit doux / de le voir par mon choix devenir votre époux. »

« Qui voulez-vous, mon père, que je dise / qui me touche le cœur, et qu’il me seroit doux / de voir par votre choix devenir mon époux ? »

La complexité grammaticale de la phrase en fait tout le comique.

- La malhonnêteté (?) d’Orgon ?
- La relation père-fille : Orgon et Mariane sont-ils à égalité ?
- La bêtise et l’aveuglement d’Orgon : caractère de l’égoïste qui donne à sa fille l’homme qu’il veut dans sa maison, parce que c’est à lui que cela fait plaisir.

Si l’on interprète les paroles qu’il veut faire prononcer à sa fille, et qu’on les dise à la première personne de manière affirmative, cela donne le lien entre les deux hommes, mariage excepté :

« en toute sa personne un haut mérite brille, il touche mon cœur, et il me seroit doux de le voir devenir mon époux. »

Le prétexte annoncé aussitôt après le refus de Mariane en est un autre indice, que l’on peut reformuler avec le même procédé :

« Oui, je prétends unir Tartuffe à ma famille. »

L’« hymen » ne représente que le moyen concret à la disposition d’Orgon.

- Une situation théâtrale classique : l’interrogatoire, et le mariage forcé, ingrédients dynamiques permettant le conflit, l’intrigue, la désobéissance, le comique.

D’abord la surprise et les répliques très courtes, que la mise en scène peut ralentir par des silences. On a un alexandrin coupé en six répliques :

« Eh ? / Eh ? / Qu’est-ce ? / Plaît-il ? / Quoi ? / Me suis-je méprise ? »

Il faut noter aussi les interjections et interrogations, dès le début de la discussion :

« Qui, moi ? »

« Hélas ! »

« Quoi ? Vous voulez, mon père... ? »

Ensuite les marques de l’indignation et du refus :

« Il n’en est rien, mon père, je vous jure. / Pourquoi me faire dire une telle imposture ? »

Le terme d’imposture est d’ailleurs un rappel du sous-titre, et dans la scène finale Elmire emploiera le terme.

Le dynamisme de la réplique autoritaire d’Orgon est également très fort, en réponse au terme d’imposture :

« Mais je veux que cela soit une vérité  »

Et il révèle un caractère très emporté, de celui qui veut plier le reste du monde à sa volonté.

Il faut examiner le champ lexical du devoir, de la volonté ou de la décision :

« Je suis fort redevable » « vous devez n’avoir soin » « tout ce que vous voudrez » « Qui voulez-vous, mon père, que je dise » « je veux » « que je l’aie arrêté » « Vous voulez » « je prétends » « j’ai résolu cela »

Il apparaît très clairement qu’Orgon a une volonté autoritaire, sans aucun rapport logique avec l’amour paternel qu’il invoque pour obtenir la réponse souhaitée.

Le champ lexical de l’amour, du sentiment, de la douceur, se trouve en effet en conflit avec cet autoritarisme :

« vous m’avez été chère » « cet amour de père » « ma fille » « me contenter » « ma fille » « votre cœur » « il vous seroit doux » « me touche le cœur » « me seroit doux »

Texte et représentation

Le texte téléchargeable

Word - 28.5 ko
Marier Mariane

Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

457 aujourd'hui
846 hier
1153361 depuis le début
25 visiteurs actuellement connectés