Problématiques ?

vendredi 2 avril 2010
par  BM

Petit schéma de problématique sur Fin de partie

Voici quelques questions-clés à se poser.

- Les personnages et leur monde (le monde représenté sur scène) : comment y vivent-ils ?

- Le corps et l’action des personnages (débouché à prévoir sur la dynamique de la pièce) ?

- La parole des personnages (le silence, le non-dit, le cri, les modalités de la parole) ?

Voici quelques éléments de réponse à ces trois questions.

L’espace / le monde

- Le monde représenté n’offre pas de référence à la réalité environnante du spectateur.

- Les personnages sont enfermés, dans l’espace, dans leur corps, dans leur esprit (ils vivent dans leurs souvenirs,leurs habitudes).

- Les couleurs (visibles dans les didascalies, ou invisibles et évoquées dans les répliques) sont un moyen de faire comprendre une atmosphère. L’auteur tenait beaucoup à ce que les mises en scène soient conformes à ce qu’il avait souhaité.

- Le monde extérieur (visible seulement par Clov s’il regarde à la fenêtre) nous est connu par le peu qu’il nous en dit, et il semble vide, ou presque.

- Le monde de l’espace scénique est problématique, Hamm en cherche toujours le centre, les poubelles sont sur le côté, comme déjà marginalisées, Clov dans sa cuisine aussi. Seul Hamm exige d’être précisément au centre.

- Le monde semble être une illusion, ou un souvenir, ou quelque chose en voie de disparition.

- Les personnages ont connu un monde réel, accessible au spectateur par de petits ancrages dans une Géographie, un peu moins visiblement dans une Histoire.

Le corps

- Le corps mutilé empêche l’action des quatre personnages : Hamm cloué au fauteuil, Nagg et Nell dans leurs poubelles, Clov ne pouvant pas s’asseoir.

- L’action théâtrale se réduit de plus en plus (Clov observe le monde, fait sa valise) : on attend quelque chose.

- Cela induit un rapport obligatoire entre l’action et la parole : celle-ci doit révéler l’invisible, soit l’invisible extérieur, soit l’invisible mental.

La parole

- Parler = penser ? A vérifier.

- Parler = être entendu de quelqu’un ? Pas toujours.

- Parler = inventer ? Hamm raconte-t-il sa vie, ou un roman ?

Les exposés

- Il s’agira toujours d’exposer pendant une demi-heure environ, mais il devra y avoir une base numérique, sous forme de commentaire attaché à tel ou tel article, avec un ou plusieurs fichiers joints, éventuellement des indications de liens Internet.

- Pour chaque proposition d’exposé, des pistes sont données, qui pourront être suivies, ou non, sur lesquelels on pourra proposer des solutions différentes, voire contradictoirs : l’essentiel est que tout soit argumenté,et appuyé sur des références précises au texte (pagination,citation simplifiée)

Les questions qui resteront peut-être pendantes

- L’intertextualité dans Fin de partie.
- Les émotions dans Fin de partie.

A suivre ...


Commentaires  (fermé)

Logo de B Maréchal
mardi 6 avril 2010 à 22h52, par  B Maréchal

Hamm exige d’être replacé « bien au centre » : il cherche une place, mais pas « à vue de nez », ni trop à gauche ni trop à droite, ni trop en avant ni trop en arrière, au centre de son monde et du monde.

Clov pousse Hamm dans son fauteuil, il accomplit un rituel précis en lui faisant raser les murs (Hamm vérifie en touchant la cloison) et en revenant exactement au centre de la chambre. C’est comme un voyage, un « Petit tour » ou « tour du monde », Hamm ne fait plus la différence, mais par égoïsme exige d’être replacé au même endroit, comme s’il n’avait pas voyagé.
On peut rapprocher cela des éternelles demandes à Clov de lui expliquer ce qui se passe à l’extérieur : la réponse est toujours la même, on revient à "Zéro", ou de la question de l’heure : l’heure du calmant, l’heure de faire ceci ou cela.
Psychologiquement c’est une manie, un signe de folie,ou de dérangement, une obsession.

Cela prouve donc l’immobilité du monde, la stabilité, qui peut être rassurante ou inquiétante, mais qui exige d’être prouvée par un détail précis et concret : ils font un petit tour, de la chambre, de la scène ou du monde, c’est la même chose puisqu’ils regagnent leur point de départ, tout comme Clov remet les choses en place, puis retourne les chercher à leur place : la cuisine, un coin de la chambre (pensez à l’escabeau, à la lunette).

D’autre part, la certitude d’être revenu exactement au point de départ est un gage de puissance, de réussite, puisque c’est difficile. Comme Hamm est aveugle, et qu’il fait obéir Clov au doigt et à l’œil, cette réussite est due à sa volonté personnelle, non à l’habileté de Clov, qu’il met en doute.

On peut donc y voir une sorte de symbole : la recherche permanente du centre symbolise la recherche d’un point de certitude, ce fameux « point indivisible » qui, selon Pascal, nous manquera toujours pour trouver la vérité. Il y a une quête de quelque chose qui reste innommé, et le déplacement est peut-être un souvenir du roman de Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, 1862.

Ces analyses sont une reformulation simplifiée de deux sources professorales : un collègue de Besançon, monsieur Scaringi, un collègue de Strasbourg, monsieur Wessler.

Logo de terminaleL2
mardi 6 avril 2010 à 16h41, par  terminaleL2

Je n’ai pas compris pourquoi Hamm cherchait toujours le centre...

Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

140 aujourd'hui
550 hier
1152198 depuis le début
23 visiteurs actuellement connectés