Romans perdus

mardi 4 avril 2017
par  BM

Reconstruction hypothétique de certains mystères éditoriaux.

Angle droit (Maigret et l’angle droit)

Maigret et l’angle droit est un roman perdu dont seul le titre est conjecturé avec quelque certitude. Le 81ème roman de la série Maigret, écrit par le regretté Georges Simenon, alors au sommet de son art, devait paraître au début de l’année 1990.
Malheureusement, les seuls manuscrits existants furent détruits lors de l’incendie qui ravagea l’imprimerie située au 90, rue du quadrant, aux Angles, petite ville du Gard. L’année suivante, un étudiant en droit, passionné de littérature moderne, tenta de retrouver des traces du livre.

D’après les confidences de Georges Simenon à son carré d’intimes, le jeune homme apprit que d’autres titres avaient été prévus, comme L’hypoténuse meurtrière, Meurtres au carré, La diagonale du fou (mais ce dernier titre avait déjà été utilisé par Richard Dembo, en 1984, pour un film, qui obtint l’Oscar du Meilleur Film Étranger la même année). On parlait même d’un possible Assassinat au carré piéton.
Quant au contenu du roman, il restait très flou. On peut simplement garder en ligne de pensée un carrefour meurtrier ou un angle de vue avec hold-up. Le héros devait être perpendiculairement opposé à son comportement habituel, et ses adversaires démesurés en tous points.

Voici les seules traces laissées lisibles par le fameux incendie : trois bribes maculées de suie, déchirées, mais sur lesquelles on reconnaît néanmoins des éléments ayant trait au sujet conjecturé par l’étudiant en droit :

JPEG - 31.8 ko ...et le vieux Maigret rentrait, le dos... courbé par ses vaines recherches, lui qui avait pourtant, dans sa jeunesse, de puissantes épaules carrées. C’est alors qu’il pensa ...

JPEG - 34.2 ko xxxx Elle se tenait bien droite, pour une fxemme si ronde xxx La mère-gosse Gonin semblait en tous points être responsable du carrefour meurtrier qui xxxxx

JPEG - 37.6 ko Le tueur était enfin en ligne de mire Mais au coin de la rue, Maigret xx n’aperçut pas, dans l’angle mort dxdx de son rétroviseur, une voiture aux formes carrées, d’où dépassait un gros calibre xxx « π/2 » xxx Il roulait à plus de 90x et

Enfin, l’imprimeur des Angles transmit un jour la préface du livre au jeune avocat, la seule page qu’il avait conservée chez lui. L’auteur y racontait une anecdote : alors qu’il dégustait un carré d’agneau au Pythagores’Bar, à l’angle de l’avenue Poincaré et de la rue du Rond-Point, il aperçut, sur l’un des murs de la pièce, une grande fresque.
Elle représentait, outre un homme au visage anguleux, la célèbre citation de pierre Dac : « Le carré est un triangle qui a réussi ou une circonférence qui a mal tourné ». Georges Simenon eut donc l’idée d’écrire ce roman, bien différent, déclarait-il, de ses autres œuvres.
Mais un homme aussi carré que lui pourrait-il être aussi peu droit qu’il le laisse croire ? Il faudra probablement un jour un nouveau romancier pour écrire Simenon et l’angle droit.

Angles droits (Les Angles Droits)

Les Angles Droits est également un roman perdu, attribué à Walter Scott. Cette œuvre est seulement connue par sa traduction française, et le titre anglais original aurait été The Righteous Englishmen.
Mais cette traduction étant parue partiellement dans un journal local français, La Voix Carrée, le premier avril 1839, on a toujours pensé qu’il s’agissait d’une farce de la rédaction. En effet, la traduction du titre était carrément erronée, si l’on excepte le rapport ironique entre « angles et « Anglais » (Englishmen).

Mais parallèlement, on pense que le titre a été repris à une autre œuvre perdue, de William Shakespeare cette fois. Enquête à suivre ?

Jean-Estèphe PIRISIPIL,
rédacteur réviseur de la troisième édition du DICTIONNAIRE DES LITTÉRATURES


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

11 aujourd'hui
509 hier
1151519 depuis le début
14 visiteurs actuellement connectés