Politique

mardi 4 avril 2017
par  BM

Table (orthogonale) rase.

ANGLE DROIT

Figure politique complexe du XXème siècle, formée de deux demi-droites perpendiculaires et de même origine, à peu près conformément à la définition géométrique bien connue. Au départ, un groupuscule politique, proche du milieu des droites perpendiculaires, qui regroupe à partir de 1948 de nombreux intellectuels, parmi lesquels un certain nombre de mathématiciens.

En 1946, s’instaura en Poldévie le « gauchisme communiste », en fait un simple régime dictatorial qui, s’appuyant sur les thèses socialistes pour prendre le pouvoir, ne rencontra aucune opposition de la part de la droite traditionnelle (Droite Parallèle, Équation de Droite, Extrême Droite, ou autres Divers Droite).
Après la parution de Géométrie Politique Communiste, ouvrage d’Ivan Patovski (« Premier Délégué du Peuple Poldève » en fait le maître du pays ) où sont exposées les thèses géopolitiques du nouveau régime, et le vote des « Lois Angulaires » qui supprimaient toutes les libertés individuelles et interdisaient tous les partis traditionnels et libéraux, un certain nombre de scientifiques décidèrent de former « l’Angle Droit » (le 8 décembre 1947), un groupuscule chargé de préparer le renversement de la dictature.

Son action rencontra vite des difficultés, notamment l’assassinat, le 3 mars 1948, de trois de ses leaders (dont Sergueï Pitaritch, très illustre mathématicien) après la promulgation par ceux-ci du Manifeste de Pythagore  [1] qui incitait la population Poldève à la révolte et à la lutte armée contre le régime gauchiste. Ces attentats, une répression toujours plus violente, ainsi que des divergences de méthode, aboutirent à une scission de l’Angle Droit en mai 1948 ( appelée la « Bissectrice du Printemps Poldève »), obligeant ses membres à suivre deux directions perpendiculairement opposées : soit la lutte armée, soit l’exil.

Pour ceux qui avaient choisi la lutte armée, les 4 années qui suivirent furent une véritable catastrophe : les résistants accumulèrent défaite sur défaite face à une armée d’État toujours plus puissante. Au cours de l’hiver 1952, les résistants encore en Poldévie furent contraints de s’exiler eux aussi après la trahison d’un des leurs, et ce fut la « Régression Angulaire » de tous les partisans.

En septembre 1954, Albrecht Elich, « Maréchal de l’État Gauchiste Poldève », renverse facilement Ivan Patovski, lui-même exécuté. Ce coup d’État montre à l’Angle Droit la faiblesse du régime et encourage un retour massif de tous les partisans.
A partir de février 1955, mieux équipé, l’Angle Droit mène alors une véritable guérilla. Après 4 années de lutte acharnée, il remporte finalement la victoire le 7 février 1959 en investissant l’Assemblée des Délégués Gauchistes (A.D.G.) après la mort qualifiée d’accidentelle d’Albrecht Elich deux jours auparavant.

Après l’effondrement du « gauchisme soviétique Poldève », et à la suite d’élections libres et universelles qui en résultèrent (les 3 et 4 mars 1959), les dirigeants de l’Angle Droit prirent le pouvoir en Poldévie en recueillant 91 sièges sur 179 à l’Assemblée Angulaire du Peuple Poldève (A.A.P.P.).

Alain Rondaux
Chercheur à l’Académie Royale des Sciences Politiques de Belgique
Encyclopédie des Doctrines Politiques au XXème siècle
1962

VOIR AUSSI :

Gauchisme Poldève / Poldévie de 1946 à 1959
Bissectrice du Printemps Poldève
Régression Angulaire
Patovski (Ivan) / Géométrie Politique Communiste
Elich (Albrecht)
Pitaritch (Sergueï)

L’Angle Droit, parti qui libéra la Poldévie de la dictature gauchiste, a sombré lui aussi dans l’extrémisme.

Après 5 ans d’un régime des plus démocratiques, la Poldévie a été le théâtre d’un nouveau coup d’État qui porta Alexander Derinounov, le chef de file de l’Angle Droit, à la tête du pays. Celui-là, après avoir dissous l’A.A.P.P., interdit tous les partis politiques et aboli les libertés individuelles, s’autoproclama le 6 avril 1964 « Président in Vitam de l’État Démocratique Poldève » et reçut le soutien absolu des autres membres influents de l’Angle Droit.

Cette nouvelle période accentua fortement la résurgence du Mouvement Gauchiste Poldève (M.G.P.) dirigé par Mikhaïl Patovski, le fils de l’ancien dictateur Ivan Patovski. Ces mêmes gauchistes se déclarèrent « prêts à engager une lutte armée absolue contre les partisans de l’Angle Droit si l’Usurpateur (Alexander Derinounov) ne capitulait pas ».

Le 9 juin 1964, un commando suicide gauchiste tenta d’assassiner Derinounov. Pour répliquer à cet attentat, l’Angle Droit décréta l’état d’urgence absolue en Poldévie et engagea de sévères répressions contre le M.G.P.

Après trois ans d’affrontements sanglants, la Poldévie est toujours ravagée par une guerre civile totale. Aucun observateur extérieur ne serait capable de dire qui dirige maintenant le pays.

Ana DURALINOX
in Additifs à l’article Angle Droit
de l’Encyclopédie des Doctrines Politiques au XXème siècle.

(Édition augmentée, de septembre 1967)


[1] Extraits du Manifeste de Pythagore :

« [...] Peuple Poldève, réveille-toi ! La révolution de 1946 n’a pas suffi à te libérer des chaînes de l’autocratisme dictatorial ! Le nouveau régime, sous des allures socialistes et marxistes, n’est en fait qu’une nouvelle dictature imposée par Ivan Patovski (notre « Premier Délégué du Peuple Poldève ») qui s’appuie sur l’Armée et la police politique pour se maintenir au pouvoir. Rien n’a changé, vous êtes toujours autant exploités ! [...]

Notre seul but, à nous, membres de l’Angle Droit, c’est de renverser ce gouvernement absolutiste pour le bien et la liberté de tous les Poldèves. [...]

Rejoignez-nous dans notre lutte contre la dictature policière de quelques dirigeants arrivistes ! Sus à l’État Gauchiste ! Vive la Liberté ! »

Pythagore, membre de l’Angle Droit.


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

11 aujourd'hui
509 hier
1151519 depuis le début
14 visiteurs actuellement connectés