Baudelaire, À une passante.

dimanche 18 janvier 2015
par  BM

Commentaire de texte littéraire

À une passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d’une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son œil, ciel livide où germe l’ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?

Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, 1857

Schéma très simplifié d’argumentation du commentaire

Baudelaire, dans « À une passante », met en scène un instant-limite de la vie d’un narrateur :
La narration/description est très visuelle, rapide, comme une trace rétinienne d’un éblouissement
L’événement évoqué est minuscule, contenu dans une forme courte, le sonnet, 14 vers, mais semble fortement perturbant
Cet événement entraîne une sentiment crucial d’urgence, voire de catastrophe.
- En effet c’est une sorte de rencontre amoureuse, qui semble de la plus haute importance pour le narrateur-auteur :
Le texte est une déclaration d’amour a posteriori
La rencontre semble un moment plus important que ce qui précède, plus important que les suites éventuelles
Cette histoire d’amour apparaît comme la transgression d’un interdit
- Voilà pourquoi, peut-être, Baudelaire place cette rencontre sous le double signe du Spleen et de l’Idéal :
En effet la femme évoquée provoque à la fois attirance et crainte
L’atmosphère de la rencontre est trouble, voire contradictoire, et tragique
Cette rencontre est à la fois chance et malchance, et ses aspects bénéfiques sont annulés par ses aspects maléfiques.
- Ainsi Baudelaire nous fait comprendre que, paradoxalement, si l’accomplissement entraîne la mort de l’Idéal, le non-accomplissement engendre une frustration, mais permet à l’Idéal de se survivre dans le sentiment de regret, sentiment assez masochiste et proche du fantasme.

Donc on s’aperçoit de la difficulté de partager entre optimisme ou pessimisme dans ce texte. Peut-être est-ce le but de l’auteur : montrer (sans démonstration logique) que dans le domaine amoureux les notions d’Espoir, d’Échec, de Réalité, sont très ambiguës.

Observation : les éléments du texte qui doivent être pris en compte

- L’emploi des temps, des modes
- La place des mots dans la phrase
- Le schéma quatrains-tercets, la forme sonnet (faux sonnet)
- Le titre
- Les images visuelles (statuaire, drapé) ou symboliques (folie, lumière-nuit)
- Les modifications narratives (« passa » devient « tu fuis »)
- L’emploi des pronoms personnels, leurs jeux d’opposition
- La longueur des phrases, la syntaxe
- L’énumération
- Les jeux de symétrie ou d’asymétrie
- Les rythmes

Proposition de schéma plus détaillé du commentaire (sans introduction ni conclusion)

Première partie : un instant-limite
- a) trace rétinienne : visuellement, opposition noir/lumière ?
description très accentuée, le noir et le blanc sont les seules couleurs évoquées.
effet de gros plan, ou de zoom, sur l’œil de la femme.
sélection de détails stylisés, silhouette, jambe, démarche.
champ lexical presque réservé au sens de la vue.
presque pas d’action, c’est comme un instantané, qui passe dans le champ d’un regard, ou d’un objectif.
aucune “garantie” de certitude de cette rencontre, peut-être de l’ordre de l’imaginaire.

- b) événement évoqué comme très rapide et très perturbant :
temps verbaux, de l’imparfait au futur.
champ lexical de la vitesse ?
rythmes, énumération.
changement de « passante » à « fugitive ».
les vers 6-7-8 et le vers 9 montrent une perturbation sensorielle.
métaphores assez violentes de la folie

- c) impression de choc physique :
vers 9 par rapport au vers 8.
ordre des mots dans les vers 9-10-11.

- d) instant crucial, comme porteur de catastrophe, sentiment d’urgence :
changement de temps des vers 1 puis 3 au vers 6.
les vers 6-7-8 montrent une sorte de suspension vitale des yeux du spectateur à une vision qui le fait vivre.
le vers 9 montre une “chute” narrative catastrophique, aggravée par l’emploi des points de suspension.
les vers 13-14 donnent l’impression que cette chute va être éternelle, et conserver la trace de cet événement unique.

- e) instant porteur d’une valeur sentimentale :
dilatation d’un instant sur 7 vers, comme la dilatation d’un œil sur une vision, d’un œil sur un autre œil.
raccourcissement brutal (au vers 9) du temps.
images de la lumière parallèles aux images du temps (« éclair »).
resserrement sur un lieu, sur un avenir, à valeur de néant (vers 12).

Deuxième partie : une rencontre amoureuse transfigurée, double postulation Spleen / Idéal
- a) Sentiment amoureux et déclaration d’amour (tardive), comme pour braver un interdit :
texte en forme de dédicace.
double sens du terme « éclair » : coup de foudre ?
aveu d’un amour irréalisé.
femme en deuil et érotique : paradoxe provocateur.
transgression : la présence de la foule, l’échange d’un regard.
la foule est d’ailleurs aussitôt supprimée, comme par disparition magique : restent deux êtres face à face.
pénétration visuelle dans le regard de la femme, dans son œil, désir de connaissance intime, comme pour aller voir ce qu’elle voit ou ce qu’elle ressent.
paradoxe du désir de connaître sans contact réel entre les deux êtres.

- b) cette transgression de l’interdit est justifiée par le mélange d’attirance et de répulsion :
les vers 7-8.
les vers 10 « renaître » et 11 « éternité » évoquent un rapprochement entre la vie et la mort, comme si c’était religieux.

- c) cette rencontre est signe d’un certain idéal :
idéal esthétique : les images de statuaire, d’immobilité.
l’impression d’une apparition surnaturelle (comme la disparition) de figure angélique ou démoniaque.
le mal du narrateur semble guéri par le fait de boire un poison dans les yeux de la femme (fin du deuxième quatrain).
peut-être admiration pour une beauté intérieure, que seul l’œil peut dire ?

- d) cette rencontre est aussi porteuse de spleen :
l’apparente perfection d’une rencontre réciproque (les pronoms, les symétries) est en fait l’idéal d’une non-réciprocité (deuxième tercet).
la rencontre « tue », et aboutit à la valeur symboliquement mortelle de la « nuit », mais fait aussi « renaître ».
l’écriture poétique, métaphoriquement, tue la réalité du souvenir mental de cette rencontre.
le schéma en forme de sonnet est la preuve de cette annulation de l’Idéal par le Spleen, dans l’ordre chronologique.
le choix du déséquilibre final entre les vers 13 et 14 laisse plus fort le point de vue de l’écrivain victime de sa vision et de son écriture.

- e) donc ce sonnet reflète une volonté d’exprimer l’opinion du poète sur la notion de rencontre.
La rencontre est privilégiée par rapport à ses conséquences (funestes ?) choix de la première personne du singulier :
procédé paradoxal de la dédicace impossible (il faudrait supposer que cette femme devienne lectrice des Fleurs du Mal et se reconnaisse …). possibilité de transfert pour n’importe quel lecteur.
expression de la figure alternante des deux pôles opposés du Spleen et de l’Idéal, comme pessimisme et optimisme, comme mort et vie, qui compose presque le « plan » du poème : vers1 = spleen ; vers 2-5 = début d’idéal ; vers 6-8 = idéal mêlé de spleen ; vers 9+ = spleen ; vers 11 = souvenir de l’idéal.


Il reste à faire l’essentiel : trier, comparer avec tout ce qu’on trouvera sur Internet ou dans des manuels, puis recomposer ce travail, et pourquoi pas proposer un plan personnel dans un message de forum ?


Brèves

Madame Bovary au cinéma

lundi 25 mai 2015

Pour compléter l’article 39, qui se contentait de quelques pistes autour du film de Claude Chabrol, allez voir la webographie du réseau CANOPÉ sur ce sujet.

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 5 janvier 2017

Publication

474 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

6 aujourd'hui
1002 hier
989459 depuis le début
49 visiteurs actuellement connectés