Sitographie Groupe 1

Travail réalisé par Marion, Pauline & Pierre
mercredi 30 novembre 2011
par  Marion, Pauline et Pierre

Étienne de la Boétie : La servitude volontaire.

L’ensemble des sites contenus dans cet article sont classés selon leur pertinence, et sont rapidement présentés à l’aide d’un descriptif. Tous ne sont pas cités, on ne peut pas tous les prendre en compte. Nous avons choisi des pages différentes par leurs contenus ou par leurs caractéristiques, pour pouvoir les comparer plus facilement et ainsi démontrer la diversité des informations existantes sur Internet, il faut donc être vigilant lors de la prise de renseignements, parfois erronés !

1. Avant de commencer, un article impressionnant, qui mérite le ... coup d’œil !

- Voici les mots recueillis de la presse le 21 mai 2010 dans le journal Sud ouest :

Deux semaines coupé du monde pour l’artiste Arno Fabre.
L’artiste Arno Fabre a passé plus de deux semaines seul, cloîtré dans la chambre d’Étienne de La Boétie, à recopier sur ses murs « le Discours de la servitude volontaire ». Il lui en a fallu du courage et de l’aplomb au jeune Étienne de La Boétie, en 1549, pour poser publiquement la question de l’autorité et de sa légitimité. Du haut de ses 18 ans à peine - 16 ans avancent certains biographes -, il bravait les courants absolutistes en assénant : « Il y a trois sortes de tyrans. Les uns règnent par l’élection du peuple, les autres par la force des armes, les derniers par succession de race. ». Son « Discours de la servitude volontaire » claque, dérange, bouscule.
Cette thèse, d’une puissance subversive rare pour l’époque, Arno Fabre, artiste plasticien, l’a dévorée. Une première fois en français moderne, puis en moyen français. « Quand je suis arrivé en résidence à Sarlat, j’ai installé mon bureau dans la chambre d’Étienne, une pièce sans caractère. Et en fumant mes cigarettes à la fenêtre, je voyais des touristes qui mitraillaient sans cesse cette maison que l’on retrouve partout. Dans le « Guide vert », en logo sur l’autoroute. Je me suis demandé si ces gens connaissaient vraiment La Boétie. Ont-ils lu son Discours qui n’est mentionné nulle part en ville ? Pour moi, c’était évident, sa place était sur ces murs. »

- Voici des liens pour visiter la maison d’Étienne de La Boétie en images :
- n°1 ;
- n°2 ;
- n°3 ;
- n°4 ;
- n°5 ;
- n°6 ;
- n°7.

- Si cela vous intéresse, regardez une vidéo qui illustre l’article du dessus et nous montre les différentes étapes en accéléré de la préparation de la maison d’Étienne de la Boétie.

2. Pour introduire, voici quelques pages de biographie.

- Wikipédia : dense, variée et complète.

- Un jour, un poème : copie conforme de Wikipédia.

- Fiches de lecture : biographie complète parcourant l’ensemble de sa vie et présentation du Discours de la servitude volontaire.

- Catallaxia : complète, avec un lien vers d’autres œuvres.

- Orange : complète, la vie de La Boétie en quelques dates.

- Occitanie : éléments divers composés d’une biographie, de dates clés et de quelques citations qu’il a écrites ou qui le concernent.

- Babelio : résumée, accompagnée de quelques dates majeures de sa vie. Présence d’un lien commercial pour l’achat du Discours de la servitude volontaire en quatre éditions différentes.
Et un portrait de Montaigne ... faussement présenté comme celui de La Boétie, donc ce n’est pas un site de toute confiance !

- EVENE : courte biographie et description rapide du Discours de la servitude volontaire, ainsi qu’une anecdote à propos de Montaigne.

- L’Internaute : page d’une encyclopédie présentant une seule phrase en guise de biographie.

3. Plusieurs citations, diverses et variées.

- Cocorico : une citation parfaitement représentative du lien d’amitié de Michel de Montaigne avec Étienne de La Boétie.

- Babelio : dix-neuf citations ajoutées par des personnes quelconques, donc faisant appel aux opinions des lecteurs.

- Savoir et culture : dix-sept citations plutôt longues, étalées sur deux pages.

- Dico citations : seize citations plus courtes que les précédentes mais bien choisies.

- Wikipédia : dix citations dont huit puisées du Discours de la servitude volontaire

- EVENE : neuf citations dont quatre extraites du Discours de la servitude volontaire

- Les Citations.net : présentation en quelques mots de l’auteur, ainsi que deux citations, un graphique original et intéressant sur la fréquence d’utilisation de certains mots par La Boétie.

- Wikipédia : trois citations dans une rubrique, mettant en valeur l’origine de la puissance, les trois "types" de tyrans, ainsi que le principe de la liberté.

- litterales.com : deux citations révélateurs de la faiblesse du tyran, et de l’origine de son pouvoir.

4. A propos de Montaigne ...

- Encyclopédie sur la mort : La Boétie est décédé le 18 août 1563. Au lendemain de sa mort, Michel de Montaigne rédige une lettre à l’intention de son père où il fait le récit de la fin de son ami. Il ne publiera cette lettre qu’en 1571 à Paris.

- Info cairns : revue payante présentant Montaigne et La Boétie, grandes figures de l’amitié, ne s’étant connus que les quatre dernières années de la vie de La Boétie. Par Daniel Lefèvre, agrégé de lettres classiques.

5. Du côté des analyses littéraires ...

a) ... pour l’ensemble des écrits de l’auteur :

- Google books : présentation des œuvres d’Étienne de La Boétie. Certains termes ou expressions, environ cent-cinquante, sont présents car ils reviennent de manière fréquente dans les textes. Vous pouvez également rechercher la fréquence d’un mot dans une ou dans toutes les œuvres de La Boétie.

b) ... pour une œuvre spécifique étant l’objet de notre étude en classe : le Discours de la servitude volontaire.

A. Les analyses payantes :

- oodoc : commentaire composé payant au prix de 3,60 € les 6 pages, sur l’œuvre entière.
Voici un extrait de l’introduction (orthographe respectée, hélas ...) :
“Étienne de La Boétie naquit en 1530 et mourut en 1563. Il vécu donc seulement 33 ans. Il fut nommé conseiller au parlement de Bordeaux en 1553 où il rencontra Montaigne qui devint l’un de ses amis. La Boétie est l’un des grands écrivains du début du mouvement humaniste. Il est un partisan de l’autorité royale. Il est donc nécessaire de dire que dans ce discours, il dénonce non pas la royauté mais la tyrannie (...)”

- Fiches de lecture : commentaire payant au prix de 3,49 € rédigé par un professeur de français. Proposition d’un plan sur le site, puis proposition d’achat du contenu du travail.

- Aca Demon : commentaire du texte de La Boétie, payant au prix de 4,95 €, dans lequel il expose la thèse selon laquelle ne peut être soumis à la servitude qu’un homme qui en accepte le joug.

- Bac français : pour accéder au commentaire littéraire, il faut appeler un numéro de téléphone facturé au prix de 1,80 €.

B. Les analyses gratuites, directement disponibles :

- Wikipédia : analyse très complète, partant d’une définition généraliste du texte, à un commentaire approfondi.
Différentes parties :
Comment un homme peut-il arriver à en diriger plusieurs ? (origine de la dénaturation, la liberté souillée).
La tyrannie, modèle de domination ? (la volonté de soumission, comment s’en sortir ?)

- Bac de français : commentaire littéraire du début du texte, de "Pauvres gens misérables" à "fondre sous son poids et se rompre." pour être exact. Deux plans sont mis à disposition.
Le premier est le suivant :
1) Le jeux des pronoms personnels
2) La construction du discours
3) La tonalité du passage

Voici le second :
1) Construction du texte
2) Dénonciation de la servitude du peuple
3) Cibles de l’auteur

- Classe bac : copie conforme du site ci-dessus.

- Pages orange : analyse littéraire très complète sur des grands thèmes et réponses à des questions. Site très intéressant, avec une réflexion sur des vérités telles que :
diviser pour mieux régner, le rôle de la religion, pourquoi accepter de se soumettre et quelles sont les solutions possibles ?
Voici un extrait qui nous a beaucoup plu, ou plutôt, une phrase, celle qui suit :
"Pour être esclave, il faut que quelqu’un désire dominer et ... qu’un autre accepte de servir !"
Dans son Discours de la servitude volontaire, écrit alors qu’il avait moins de 20 ans, il analyse les rapports maître/esclave, qui de tout temps ont été une constante des sociétés humaines. Sa thèse est que nous ne sommes en esclavage que parce que, quelque part, nous le voulons bien ; car cet esclavage, dit-il en substance, peut être uniquement expliqué par notre lâcheté, car les opprimés sont mille fois plus nombreux que les oppresseurs.

- Devoirs.fr : proposition par un élève d’une introduction, ainsi qu’un plan détaillé ; cependant, il veut ici demander de l’aide à une autre personne, donc son écriture n’est pas fiable !

- Volle : commentaire assez court, on ne peut pas vraiment appeler ceci comme tel, mais plutôt une brève analyse littéraire.

6. L’influence de La Boétie sur la pensée politique.

- Philo lettres orange : Montaigne fait connaissance avec Étienne de la Boétie, dont l’amitié l’influence fortement, notamment par la doctrine stoïcienne (École de philosophie, fondée en Grèce antique par Zénon de Citium, qui repose essentiellement sur l’acceptation rationnelle du destin. IL s’agit de l’austérité, de la fermeté dans la douleur)

- Le JDD : Le Discours de la servitude volontaire joué au théâtre ; seul en scène, François Clavier nous livre ce petit texte du XVIe siècle. La Boétie a encore aujourd’hui de l’influence sur la société, même si ce sujet n’est plus vraiment d’actualité.

7. Une pensée à multiples facettes.

A. Une pensée partagée :

- Wikipédia : L’admiration de Montaigne pour la grandeur intellectuelle de La Boétie s’allie à de profondes affinités culturelles et à un parfait accord idéologique dans cette période de guerres religieuses. Montaigne et La Boétie partageaient donc les mêmes idées, les mêmes pensées.

Pour chacune des parties B et C que vous pourrez rencontrer ci-dessous, en particulier les critiques ou les commentaires, chaque personne a sa propre opinion sur le texte d’Étienne de La Boétie, nous sommes tous différents par notre capacité à réfléchir et à déduire, donc certains commentaires de célèbres auteurs critiques ne sont donc pas forcément meilleurs face à ceux de personnes quelconques, qui ont simplement voulu donner leur avis, parfois différent.

B. Une pensée commentée :

- "Nouveau millénaire, Défis libertaires" : Philippe Coutant a écrit en 2000 un article en contradiction avec un rajout d’informations par rapport au Discours de la servitude volontaire. Voici un extrait : « Qui garde le tyran quand il dort ? » Tu as mis en évidence une question très gênante pour les humains, la question de la servitude volontaire, qui me semble plutôt être une servitude « sans contrainte ». Article très complet, rédigé par des auteurs critiques, parfaitement pertinent.

- Critiques libres : des commentaires de personnes quelconques, leurs opinions à propos du texte argumentatif. Article peu dense, avec des opinions personnelles, donc peu pertinent, si ce n’est qu’il convient pour observer la diversité de pensée de chacun.

C. Une pensée critiquée :

- "Ehess" : Critique d’après des auteurs tels que Tristan Dagron à propos de la mise en relief trop exclusive du motif moral et économique de « l’avarice » comme élément destructeur de « l’amitié ». (regardez en particulier le paragraphe 8 de la critique). Article très complet, rédigé par des auteurs critiques, parfaitement pertinent.

- Babelio : critiques libres, quatre personnes donnent leur avis. Article peu dense, avec des opinions personnelles, donc peu pertinent, si ce n’est qu’il convient pour observer la diversité de pensée de chacun.


Livre audio du Discours de la servitude volontaire à écouter sur le site, ou à télécharger !

Portfolio

Représentation d'Etienne de La Boétie Un ami, "l'ami" de La Boétie : (...) Couverture de l'original du Discours de la (...)

Commentaires

Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 26 avril 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

156 aujourd'hui
204 hier
1133522 depuis le début
16 visiteurs actuellement connectés