L’Ingénu : Chapitres 9 et 13

vendredi 9 juillet 2010
par  BM

Un tableau comparatif de deux passages, extraits des chapitres IX et XIII.

Extrait du chapitre IX
Arrivée de l’Ingénu à Versailles. Sa réception à la cour

L’Ingénu débarque en pot de chambre dans la cour des cuisines. Il demande aux porteurs de chaise à quelle heure on peut voir le roi. Les porteurs lui rient au nez, tout comme avait fait l’amiral anglais. Il les traita de même, il les battit ; ils voulurent le lui rendre, et la scène allait être sanglante s’il n’eût passé un garde du corps, gentilhomme breton, qui écarta la canaille. "Monsieur, lui dit le voyageur, vous me paraissez un brave homme ; je suis le neveu de monsieur le prieur de Notre-Dame de la Montagne ; j’ai tué des Anglais, je viens parler au roi ; je vous prie de me mener dans sa chambre." Le garde, ravi de trouver un brave de sa province, qui ne paraissait pas au fait des usages de la cour, lui apprit qu’on ne parlait pas ainsi au roi, et qu’il fallait être présenté par monseigneur de Louvois. "Eh bien ! menez-moi donc chez ce monseigneur de Louvois, qui sans doute me conduira chez Sa Majesté. - Il est encore plus difficile, répliqua le garde, de parler à monseigneur de Louvois qu’à Sa Majesté ; mais je vais vous conduire chez monsieur Alexandre, le premier commis de la guerre : c’est comme si vous parliez au ministre." Ils vont donc chez ce monsieur Alexandre, premier commis, et ils ne purent être introduits ; il était en affaire avec une dame de la cour, et il y avait ordre de ne laisser entrer personne. "Eh bien ! dit le garde, il n’y a rien de perdu ; allons chez le premier commis de monsieur Alexandre : c’est comme si vous parliez à monsieur Alexandre lui-même."

Le Huron, tout étonné, le suit ; ils restent ensemble une demi-heure dans une petite antichambre. "Qu’est-ce donc que tout ceci ? dit l’Ingénu ; est-ce que tout le monde est invisible dans ce pays-ci ? Il est bien plus aisé de se battre en Basse-Bretagne contre des Anglais que de rencontrer à Versailles les gens à qui on a affaire." Il se désennuya en racontant ses amours à son compatriote. Mais l’heure en sonnant rappela le garde du corps à son poste. Ils se promirent de se revoir le lendemain, et l’Ingénu resta encore une autre demi-heure dans l’antichambre, en rêvant à mademoiselle de Saint-Yves, et à la difficulté de parler aux rois et aux premiers commis.

Enfin le patron parut. "Monsieur, lui dit l’Ingénu, si j’avais attendu pour repousser les Anglais aussi longtemps que vous m’avez fait attendre mon audience, ils ravageraient actuellement la Basse-Bretagne tout à leur aise." Ces paroles frappèrent le commis. Il dit enfin au Breton : "Que demandez-vous ? - Récompense, dit l’autre ; voici mes titres." Il lui étala tous ses certificats. Le commis lut, et lui dit que probablement on lui accorderait la permission d’acheter une lieutenance. "Moi ! que je donne de l’argent pour avoir repoussé les Anglais ? que je paye le droit de me faire tuer pour vous, pendant que vous donnez ici vos audiences tranquillement ? Je crois que vous voulez rire. Je veux une compagnie de cavalerie pour rien ; je veux que le roi fasse sortir mademoiselle de Saint-Yves du couvent,. et qu’il me la donne par mariage ; je veux parler au roi en faveur de cinquante mille familles que je prétends lui rendre. En un mot, je veux être utile ; qu’on m’emploie et qu’on m’avance.

- Comment vous nommez-vous, monsieur ; qui parlez si haut ? - Oh ! oh ! reprit l’Ingénu, vous n’avez donc pas lu mes certificats ? C’est donc ainsi qu’on en use ? Je m’appelle Hercule de Kerkabon ; je suis baptisé, je loge au Cadran bleu, et je me plaindrai de vous au roi." Le commis conclut comme les gens de Saumur, qu’il n’avait pas la tête bien saine, et n’y fit pas grande attention."

Extrait du chapitre XIII La belle Saint-Yves va à Versailles

Enfin le frère et la sœur partirent ; mais, quand ils furent arrivés à Paris, ils se trouvèrent égarés comme dans un vaste labyrinthe, sans fil et sans issue. Leur fortune était médiocre, il leur fallait tous les jours des voitures pour aller à la découverte, et ils ne découvraient rien.

Le prieur se présenta chez le révérend père de La Chaise : il était avec mademoiselle Du Tron, et ne pouvait donner audience à des prieurs. Il alla à la porte de l’archevêque : le prélat était enfermé avec la belle madame de Lesdiguières pour les affaires de l’Eglise. Il courut à la maison de campagne de l’évêque de Meaux : celui-ci examinait, avec mademoiselle de Mauléon, l’amour mystique de madame Guyon. Cependant il parvint à se faire entendre de ces deux prélats ; tous deux lui déclarèrent qu’ils ne pouvaient se mêler de son neveu, attendu qu’il n’était pas sous-diacre.

Enfin il vit le jésuite ; celui-ci le reçut à bras ouverts, lui protesta qu’il avait toujours eu pour lui une estime particulière, ne l’ayant jamais connu. Il jura que la Société avait toujours été attachée aux Bas-Bretons. "Mais, dit-il, votre neveu n’aurait-il pas le malheur d’être huguenot ? - Non, assurément, mon révérend père. - Serait-il point janséniste ? - Je puis assurer à Votre Révérence qu’à peine est-il chrétien : il y a environ onze mois que nous l’avons baptisé. - Voilà qui est bien, voilà qui est bien ; nous aurons soin de lui. Votre bénéfice est-il considérable ? - Oh ! fort peu de chose, et mon neveu nous coûte beaucoup. - Y a-t-il quelques jansénistes dans le voisinage ? Prenez bien garde, mon cher monsieur le prieur ; ils sont plus dangereux que les huguenots et les athées. - Mon révérend père, nous n’en avons point ; on ne sait ce que c’est que le jansénisme à Notre-Dame de la Montagne. - Tant mieux ; allez, il n’y a rien que je ne fasse pour vous." Il congédia affectueusement le prieur, et n’y pensa plus.

Tableau comparatif schématique

Chapitre IX Chapitre XIII
L’Ingénu a un but chevaleresque, celui de libérer sa chère et tendre du Couvent, puis de l’épouser. Les Kerkabon veulent retrouver l’Ingénu car ils savent que celui-ci a été enlevé pendant la nuit, il y a 6 mois de cela : « C’est le fils de notre frère, notre devoir est de le secourir ».
L’Ingénu arrive à Versailles et s’y perd : « Il débarque en pot de chambre dans la cour des cuisines  » Le prieur arrivé à Paris s’y perd également : « Ils se trouvèrent égarés comme dans un vaste labyrinthe sans fil et sans issue ».
Inaccessibilité des politiciens, ils sont occupés avec des Dames : « Il était en affaire avec une dame de la cour » Inaccessibilité des personnages de l’Église, ils sont également occupés avec des Dames.
L’Ingénu est sans cesse redirigé vers des personnages de rang inférieur aux politiciens que l’Ingénu veut rencontrer : « Allons chez le premier commis de monsieur Alexandre, c’est comme si vous parliez à monsieur Alexandre lui-même ». Même principe mais il s’agit du prieur de Kerkabon qui veut rencontrer des Ecclésiastiques.
Illogisme de la société : il est aussi difficile de rencontrer un commis que le Roi lui-même. Illogisme de l’Église : il est aussi difficile de rencontrer un Jésuite qu’un Évêque.
La valeur de l’Ingénu est ramenée à sa richesse (il doit payer pour avoir un emploi) : « II lui dit que probablement on lui accorderait la permission d’acheter une lieutenance » La valeur du prieur est ramenée à son état social et à sa richesse : « Votre bénéfice est-il considérable ? »
L’Ingénu est ignoré par le commis : « et n’y fit pas grande attention ». De même le prieur est négligé par le Jésuite : « et n’y pensa plus ».
Conflit entre l’Ingénu et le commis de Mr Alexandre car celui-ci n’estime pas l’Ingénu à sa juste valeur : « Je me plaindrai de vous au Roi ». Fausse politesse du Jésuite : « les bras ouvert », « il n’y a rien que je ne fasse pour vous », « il congédia affectueusement le prieur ».

Commentaires sur cette comparaison systématique

Voltaire veut montrer les abus de pouvoir et critique aussi les puissants qui sont hypocrites et méprisants, et il dénonce l’illogisme de la hiérarchie.

Comique de situation car l’Ingénu est sans cesse redirigé vers d’autres personnes. Et ce comique se transforme en comique de répétition lorsqu’il arrive la même chose au prieur.

Ainsi, on remarque que les principales cibles de Voltaire sont la religion et la politique.

Ces deux thèmes sont très importants car ce sont eux qui dominent la vie de cette époque, ce sont aussi des thèmes récurrents chez les philosophes des Lumières.

Cassandra, Baptiste et Julien


Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 26 avril 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

124 aujourd'hui
265 hier
1132522 depuis le début
8 visiteurs actuellement connectés