L’Ingénu : Chapitre 7

vendredi 9 juillet 2010
par  BM

Chapitre VII
L’Ingénu repousse les Anglais

L’Ingénu, plongé dans une sombre et profonde mélancolie, se promena vers le bord de la mer, son fusil à deux coups sur l’épaule, son grand coutelas au côté, tirant de temps en temps sur quelques oiseaux, et souvent tenté de tirer sur lui-même ; mais il aimait encore la vie, à cause de mademoiselle de Saint-Yves. Tantôt il maudissait son oncle, sa tante, et toute la Basse-Bretagne, et son baptême ; tantôt il les bénissait, puisqu’ils lui avaient fait connaître celle qu’il aimait. Il prenait sa résolution d’aller brûler le couvent, et il s’arrêtait tout court, de peur de brûler sa maîtresse. Les flots de la Manche ne sont pas plus agités par les vents d’est et d’ouest que son cœur l’était par tant de mouvements contraires.

Il marchait à grands pas, sans savoir où, lorsqu’il entendit le son du tambour. Il vit de loin tout un peuple dont une moitié courait au rivage, et l’autre s’enfuyait.

Mille cris s’élèvent de tous côtés ; la curiosité et le courage le précipitent à l’instant vers l’endroit d’où partaient ces clameurs : il y vole en quatre bonds. Le commandant de la milice, qui avait soupé avec lui chez le prieur, le reconnut aussitôt ; il court à lui, les bras ouverts : "Ah ! c’est l’Ingénu, il combattra pour nous." Et les milices, qui mouraient de peur, se rassurèrent et crièrent aussi : "C’est l’Ingénu ! c’est l’Ingénu !

- Messieurs, dit-il, de quoi s’agit-il ? Pourquoi êtes-vous si effarés ? A-t-on mis vos maîtresses dans des couvents ?" Alors cent voix confuses s’écrient : "Ne voyez-vous pas les Anglais qui abordent ? - Eh bien ! répliqua le Huron, ce sont de braves gens ; ils ne m’ont jamais proposé de me faire sous-diacre ; ils ne m’ont point enlevé ma maîtresse."

Le commandant lui fit entendre que les Anglais venaient piller l’abbaye de la Montagne, boire le vin de son oncle, et peut-être enlever mademoiselle de Saint-Yves ; que le petit vaisseau sur lequel il avait abordé en Bretagne n’était venu que pour reconnaître la côte ; qu’ils faisaient des actes d’hostilité sans avoir déclaré la guerre au roi de France, et que la province était exposée. "Ah ! si cela est, ils violent la loi naturelle ; laissez-moi faire ; j’ai demeuré longtemps parmi eux, je sais leur langue, je leur parlerai ; je ne crois pas qu’ils puissent avoir un si méchant dessein."

Pendant cette conversation, l’escadre anglaise approchait ; voilà le Huron qui court vers elle, se jette dans un petit bateau, arrive, monte au vaisseau amiral, et demande s’il est vrai qu’ils viennent ravager le pays sans avoir déclaré la guerre honnêtement. L’amiral et tout son bord firent de grand éclats de rire, lui firent boire du punch, et le renvoyèrent.

L’Ingénu, piqué, ne songea plus qu’à se bien battre contre ses anciens amis, pour ses compatriotes et pour monsieur le prieur. Les gentilshommes du voisinage accouraient de toutes parts ; il se joint à eux : on avait quelques canons ; il les charge, il les pointe, il les tire l’un après l’autre. Les Anglais débarquent ; il court à eux, il en tue trois de sa main, il blesse même l’amiral, qui s’était moqué de lui. Sa valeur anime le courage de toute la milice ; les Anglais se rembarquent, et toute la côte retentissait des cris de victoire : "Vive le roi, vive l’Ingénu !" Chacun l’embrassait, chacun s’empressait d’étancher le sang de quelques blessures légères qu’il avait reçues. "Ah ! disait-il, si mademoiselle de Saint-Yves était là, elle me mettrait une compresse."

Le bailli, qui s’était caché dans sa cave pendant le combat, vint lui faire compliment comme les autres. Mais il fut bien surpris quand il entendit Hercule l’Ingénu dire à une douzaine de jeunes gens de bonne volonté, dont il était entouré : "Mes amis, ce n’est rien d’avoir délivré l’abbaye de la Montagne ; il faut délivrer une fille." Toute cette bouillante jeunesse prit feu à ces seules paroles. On le suivait déjà en foule, on courait au couvent. Si le bailli n’avait pas sur-le-champ averti le commandant, si on n’avait pas couru après la troupe joyeuse, c’en était fait. On ramena l’Ingénu chez son oncle et sa tante, qui le baignèrent de larmes de tendresse.

"Je vois bien que vous ne serez jamais ni sous-diacre ni prieur, lui dit l’oncle ; vous serez un officier encore plus brave que mon frère le capitaine, et probablement aussi gueux." Et mademoiselle de Kerkabon pleurait toujours en l’embrassant, et en disant : "Il se fera tuer comme mon frère ; il vaudrait bien mieux qu’il fût sous-diacre."

L’Ingénu, dans le combat, avait ramassé une grosse bourse remplie de guinées, que probablement l’amiral avait laissé tomber. Il ne douta pas qu’avec cette bourse il ne pût acheter toute la Basse-Bretagne, et surtout faire mademoiselle de Saint-Yves grande dame. Chacun l’exhorta de faire le voyage de Versailles pour y recevoir le prix de ses services. Le commandant, les principaux officiers le comblèrent de certificats. L’oncle et la tante approuvèrent le voyage du neveu. Il devait être, sans difficulté, présenté au roi : cela seul lui donnerait un prodigieux relief dans la province. Ces deux bonnes gens ajoutèrent à la bourse anglaise un présent considérable de leurs épargnes. L’Ingénu disait en lui-même : "Quand je verrai le roi, je lui demanderai mademoiselle de Saint-Yves en mariage et certainement il ne me refusera pas." Il partit donc aux acclamations de tout le canton, étouffé d’embrassements, baigné des larmes de sa tante, béni par son oncle, et se recommandant à la belle Saint-Yves.

Notes sur le texte

« L’Ingénu, plongé dans une sombre et profonde mélancolie »

« Tantôt il maudissait son oncle, sa tante, et toute la Basse-Bretagne, et son baptême. »
Dans cet extrait nous avons une énumération accentuant la mélancolie de l’Ingénu. Il maudit tout le monde.

« Les flots de la Manche ne sont pas plus agités par les vents d’ouest que son cœur l’était par tant de mouvements contraires. »
Ici nous avons une comparaison du cœur de l’Ingénu avec la Manche, une mer agitée mais très peu par rapport aux sentiments de l’Ingénu. Ce lyrisme ressemble à celui de la description d’Abacaba par l’Ingénu dans le premier chapitre.

« Il y vole en quatre bonds. »
Voltaire utilise ici une hyperbole, pour montrer l’Ingénu comme un surhomme, un peu sauvage et rapide dans ses réactions.

« Lui firent boire du punch »
Voltaire pour plus de vraisemblance et donner une couleur locale, utilise le mot punchqui est une boisson typique anglaise à base de rhum produit à partir de la canne à sucre, récoltée dans les Antilles (colonies anglaise de l’époque). C’est l’art du conte qui se voit ici.

« Toute cette bouillante jeunesse prit feu à ces seules paroles. »
Ici, nous avons une hyperbole avec le terme "bouillante" qui accentue le caractère de la jeunesse. On a également une métaphore autour du feu, correspondant à la situation : aller délivrer une amoureuse emprisonnée.

« Il se fera tuer comme mon frère. »
Dans cette phrase on a une comparaison visible par le "comme". Mlle de Kerkabon compare la situation présente avec celle de son frère tué, et manifeste son chagrin tragique.

« L’Ingénu, dans le combat, avait ramassé une grosse bourse remplie de guinées »
Comme dans l’expression précédente, avec le mot punch, Voltaire utilise ce mot pour plus de vraisemblance. Voir deux explications du mot : ici et

« Cela seul lui donnerait un prodigieux relief dans la province. »
Cette phrase fait l’objet d’une métaphore. L’image du relief est ici employée pour faire référence au rang qu’il pourrait obtenir, et Voltaire se moque de cette tendance à vouloir obtenir des privilèges, comme on le voit aux chapitres IX et XIII.

Notes de Manon et Victorien, Mélanie et Andréï


Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

462 aujourd'hui
846 hier
1153366 depuis le début
29 visiteurs actuellement connectés