3ème question sur corpus

samedi 1er janvier 2011
par  BM

Corpus à travailler (sur le manuel scolaire)

- Page 171, Incipit de Fin de partie, de Beckett.
- Page 174, Extrait de Rhinocéros, Acte I, de Ionesco.
- Page 176, Extrait de Expérience du théâtre, de Ionesco.

Questions à traiter, dans l’ordre où elles sont posées

- Résumer le troisième texte (Ionesco) en 5 lignes. (4 points)
- Montrer (en une quinzaine de lignes) comment la publication écrite des deux premiers fait comprendre en quoi consiste la représentation, mot-clef du programme dans cet objet d’étude. (4 points)
- Comment, et par quels moyens, le monde dans lequel vivent les personnages de Rhinocéros est-il représenté ? Répondre en s’appuyant très précisément sur des indices textuels. (4 points)
- Quelle est la fonction des didascalies ? Répondre en une dizaine de lignes. (4 points)

N.B. Le troisième texte sera utile pour traiter les trois questions finales.

Conseil culturel

Lisez Rhinocéros !

Proposition de réponses

- Question 1
On ne peut pas réduire le théâtre à la seule parole-discussion, même avec contenu philosophique, moral, ou autre : celle-ci doit être élargie à une parole-combat, parole-affrontement, accompagnée de sa théâtralisation maximale, au moyen de la gestuelle, du décor, des costumes et accessoires, qui contribuent à l’amplifier et lui donner sa vraie dimension, celle de la représentation.

- Question 2
Comment apparaît la représentation dans l’écriture du texte théâtral, dans sa publication sous forme de livre ?

Le livre permet de comprendre la représentation du monde (étroit ou large) dans lequel vivent les personnages : les fenêtres donnent sur un extérieur qui peut être décrit, commenté, les trottoirs font se figurer une ville et des rues.
Le texte peut montrer la forme visible des personnages : Clov, Hamm, les personnages de Rhinocéros, les liens de parenté, les relations sociales, la hiérarchie, etc.
L’atmosphère hors-scène peut être montrée : la poussière accompagnant le passage du rhinocéros, les bruitages, et on peut se représenter ce que l’on verrait et entendrait au théâtre.
Des indications de vitesse ou de lenteur peuvent être données : “(Un temps)”, chez Beckett, fait comprendre que les répliques se traînent, que l’atmosphère est pesante, qu’il n’y a pas beaucoup d’action, donc que le registre n’est pas vraiment dramatique.
Des didascalies internes permettent de comprendre ce que fait, ou va faire, un personnage : Clov va dans sa cuisine.
Les marques de l’énonciation font comprendre la violence des relations, les sentiments des personnages ; cela peut aussi être marqué par des didascalies, comme “(Fier)” chez Beckett.

- Question 3
Le monde représenté dans Rhinocéros, d’après cet extrait, est un monde ordinaire, urbain, populaire, composé de gens qui se côtoient mais s’ignorent un peu, et c’est un monde de taille réduite.
Les individus qui composent ce monde sont aux aguets de tout ce qui pourrait se passer d’extraordinaire.
Cela se lit grâce aux détails des types sociaux qui sont ramenés à des métiers sans noms de personnages, à des détails donnés par les didascalies à propos de la description des lieux, ou des costumes, ou des accessoires.
Certains indices linguistiques, malgré le petit nombre de répliques, font comprendre un langage simple, réduit à des exclamations familières, montrant seulement l’étonnement devant un fait peu banal.
Mais dans ce monde banal, l’irruption d’un rhinocéros (invisible du public) provoque des réactions d’étonnement sans pour autant inquiéter les gens, notamment la ménagère qui s’inquiète davantage de son chat qui a eu peur que du passage du pachyderme.
C’est donc un monde agité, vivant, mais absurde.

- Question 4
Les didascalies servent évidemment à la mise en scène et au jeu des acteurs, c’est leur fonction première, car l’auteur a une vision mentale de ce que doit donner le spectacle aux spectateurs. Parfois, comme Beckett, il s’impose au metteur en scène de manière autoritaire.
Elles servent aussi au lecteur, conformément à ce que les deux précédentes questions permettent de retrouver.
Donc, dans l’objet d’étude « Théâtre, texte et représentation », il est important de comprendre que certains auteurs ont fait publier leurs œuvres sans y indiquer la moindre didascalie, ce qui laissait sans doute libre cours aux metteurs en scène. Dans notre programme, Racine en est l’exemple. Mais il ne faut pas oublier que parfois les auteurs (Molière) étaient aussi comédiens, et metteurs en scène ...


Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 27 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

573 aujourd'hui
681 hier
1212294 depuis le début
20 visiteurs actuellement connectés