L’intertextualité

vendredi 17 décembre 2010
par  BM

L’intertextualité dans Fin de partie de Beckett

Comment se caractérise-t-elle ? Comment apporte-t-elle des modifications de registre, ou de sens ?

Des allusions obscures ou minuscules à des expressions toutes faites, au détour d’une phrase, parfois d’un seul mot

“Occupe-toi de tes oignons”, page 22
- NAGG : « T’occupe pas de mes moignons ! »

- Jeu de mots francophone, peu interprétable ... mais humoristique.

Le livre de Daniel, page 24
- HAMM : « Le mur ! Et qu’est-ce que tu y vois, sur ton mur ? Mané, mané ? Des corps nus ? »

- Voici un extrait du cinquième chapitre de ce court livre des écritures saintes de l’Ancien Testament, que vous pouvez consulter intégralement ici.

« Dn 5, 25. Or voici l’écriture qui a été tracée : Mané, Thécel, Pharès.

Dn 5, 26. Et voici l’interprétation de ces mots. Mané : Dieu a compté ton règne et y a mis fin.

Dn 5, 27. Thécel : tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé trop léger.

Dn 5, 28. Pharès : ton royaume a été divisé, et donné aux Mèdes et aux Perses. »
- Rappel d’une écriture mystérieuse annonçant la mort ? Analyse à approfondir. Comique aussi, compte tenu de la prononciation qui fait penser au peintre Manet, aux corps nus, ou au diable, le cornu ?

Sartre, Huis-Clos, page 39
- HAMM : « Au-delà c’est ... l’autre enfer. »

- Huis clos est une pièce de théâtre en un acte de Jean-Paul Sartre, représentée en 1944, elle est symbolique de l’existentialisme.
- Trois personnages (qui sont morts) arrivent dans un lieu dont ils comprennent peu à peu que c’est l’Enfer, et l’homme, Garcin, y prononce la fameuse phrase « L’enfer, c’est les Autres. » On y trouve aussi une formulation voisine par un des deux personnages féminins, Inès : « Le bourreau, c’est chacun de nous pour les deux autres ».
- Ici la référence est assez explicite, mais Beckett veut montrer la volonté de renfermement sur un monde protégé, en même temps qu’il dénigre l’espace intérieur, celui qui est visible sur scène. La phrase de Hamm permet de comprendre que l’enfer est partout ...

L’évangile de Jean, 13, 34, page 89
- HAMM : « Allez-vous en et aimez-vous ! Léchez-vous les uns les autres ! »

- L’allusion à l’évangile de Jean est manifeste, puisque c’est une simple transposition d’un verbe pour un autre. Parmi les dernières paroles du Christ, selon cet évangéliste, il y a cette injonction qui est une des plus célèbres du Nouveau Testament, puisqu’elle donne la règle principale qui est la charité (du latin caritas, signifiant amour, affection) : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. »
- L’ironie de Beckett est perceptible par le ton amer de cette imprécation de Hamm : se lécher les uns les autres est bon pour les chiens, peut-être ? Ou il faut y voir une réduction obscène des marques d’affection et d’amour ? C’est surtout une malédiction, qui accompagne les phrases du contexte voisin.

Apocalypse de Jean, 22,13, page 89
- HAMM : « La fin est dans le commencement, et cependant on continue. »

- Apocalypse, une traduction française d’un des passages qui disent presque la même chose : « Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant. »
- Apocalypse, une autre version en langue grecque : « ἐγὼ τό Ἄλφα καὶ τὸ Ὦ, ὁ πρῶτος καὶ ὁ ἔσχατος, ἡ ἀρχὴ καὶ τὸ τέλος », et sa traduction : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le début et la fin. »
- Faut-il y voir une signification symbolique ?
- Parodie de la parole divine qui instaure ou illustre le principe d’éternité, alors qu’ici Hamm se demande simplement s’il va finir son histoire, ou s’il va finir, tout court ?
- Symbolisme du temps cyclique, évoquant le recommencement de la pièce de théâtre, ou de la partie d’échecs ?
- Ou le perpétuel recommencement des activités humaines, dans leur vanité ?
- On peut la rapprocher d’autres phrases oxymoriques de Hamm, concernant la petitesse et la grandeur, ou la plénitude et la vacuité : elles montrent toute le même degré de non-signification, d’illogisme, et sont toutes également déconcertantes, ce qui rejoint le ton général de beaucoup de discours dans cette pièce.

Exode, page 102
- HAMM : « [...] avec les yeux de Moïse mourant [...] »

- Moïse est mort juste au moment d’arriver dans la Terre Promise ...
- Interprétation facile, humour noir, ironie de Beckett ? Divers sites parascolaires ou pédagogiques proposent des tentatives d’analyse, vous les trouverez bien tout seuls.

L’évangile selon Saint Jean, 3, 30, page 109
- HAMM : « Vous voulez qu’il grandisse pendant que vous, vous rapetissez ? »

- Dans cet évangile, Jean-Baptiste dit les paroles suivantes, qui ont eu quantité d’interprétations, notamment celle qu’il devait être décapité avant que Jésus ne puisse grandir, c’est-à-dire manifester sa nature divine : « Il faut qu’il croisse et que je diminue. Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous ; celui qui est de la terre est terrestre, et son langage aussi. »
- Ici Hamm raconte son roman, et évoque le fait que l’homme qui lui confie son fils espère qu’il grandira chez Hamm, pendant que lui-même, peut-être, deviendra vieux, ou mourra ?
- Parodie ironique ? Difficulté d’interprétation, en tout cas, mais rapprochement possible avec « La fin est dans le commencement, et cependant on continue. »

Des situations concrètes qui font référence implicitement à un texte littéraire, ou à un événement connoté

La Genèse, pages 35-36
- L’histoire du tailleur, racontée par Nagg à Nell, se termine par une allusion à la Création ...

- Interprétation très facile, grâce au principe de l’histoire à chute, et au sous-entendu final : la monde est raté.

La révolution française et Marie-Antoinette, page 89
- HAMM : « Du mille-feuilles »

- La reine de France, mal aimée, aurait provoqué un scandale en commentant la pauvreté du peuple ainsi : « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! » Cette phrase est sans doute controuvée, calomnieuse, et peut-être a-t-elle été réinventée après les appellations de “boulanger”, “boulangère” et “petit mitron” données à la famille royale après les journées des 5 et 6 octobre 1789.
- Dans le roman de Hamm, il évoque à plusieurs reprises des quémandeurs qui seraient venus le voir, entre autres l’homme à l’enfant, peut-être le père de Clov. Ici, de manière railleuse, il ironise sur les demandes de ces miséreux ... le mille-feuilles n’étant pas vraiment une nourriture basique.

Des citations reconnaissables, tronquées ou déformées

Shakespeare, Richard III, page 36
- HAMM : « (Frénétique.) Mon royaume pour un boueux ! »

- The Life and Death of Richard the Third est une pièce de Shakespeare, aux environs de 1591 ou 1592.
- C’est une pièce historique, qui met en scène le roi Richard III, battu par le futur Henri VII d’Angleterre à la bataille de Bosworth. Alors que son cheval est tombé sous lui, il crie « Un cheval ! Mon royaume pour un cheval ! » et tombe sous les coups de son adversaire, Richmond.
- Ici Hamm réclame un “boueux”, c’est-à-dire un éboueur, afin de jeter les poubelles qui contiennent ses parents. Il siffle d’ailleurs Clov et lui dit : « Enlève-moi ces ordures ! Fous-les à la mer ! »
- Ironie de Beckett, priorité des valeurs de Hamm : les poubelles le gênent et l’empêchent d’être Roi ?
- Manière de signifier un désir très fort, tout simplement ?

Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Recueillement, page 109
- HAMM : [...] « Tu appelais - (Un temps. Il se corrige.) Tu RÉCLAMAIS le soir ; il vient - (Un temps. Il se corrige.) IL DESCEND : le voici. (Il reprend, très chantant.) Tu réclamais le soir ; il descend ; le voici. (Un temps.) Joli, ça. »

- Le sonnet de Baudelaire, que vous pourrez écouter ici, commence ainsi :

« Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.

Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :

Une atmosphère obscure enveloppe la ville,

Aux uns portant la paix, aux autres le souci. »
- Le lien avec Fin de partie est sans doute le thème de la douleur, de la fin de la vie, de la nostalgie, de l’apaisement. L’humour de Beckett consiste à faire récrire un vers, en le corrigeant peu à peu de manière à ce qu’il devienne baudelairien, et à le faire juger joli par Hamm ...

Le Notre Père, pages 73-74
- NAGG (Joignant les mains, fermant les yeux, débit précipité). « Notre Père qui êtes aux ... »

- « Notre Père, qui êtes aux cieux ... » est le début d’une des prières les plus importantes de la religion catholique, elle marque la dépendance filiale de l’humanité par rapport à un dieu qui serait le créateur, le père, en quelque sorte.
- Ici, au moment où Hamm, Nagg et Clov s’apprêtent à prier, parce que c’est l’heure de le faire, Hamm exige le silence, et coupe brutalement le début de récitation fait par Nagg, son père.
- Peu après, les trois hommes arrêteront leur prière avec des invectives signifiant son absence, donc son inexistence : « Bernique », « Macache », « Le salaud ! Il n’existe pas ! »
- Le blasphème n’est pas forcément le vrai but de Beckett, mais la place de ses personnages dans un monde vide de sens apparaît assez clairement dans ce passage. D’ailleurs ni les uns ni les autres n’insistent longtemps pour vérifier si Dieu est là ou non ...


Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 26 avril 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

35 aujourd'hui
204 hier
1133401 depuis le début
55 visiteurs actuellement connectés