"L’Odyssée d’un film", par Nahar

La critique du peplum de Mario Camerini
lundi 22 novembre 2010
par  F. Cahen

Avez-vous regardé ce film également ? Donnez votre avis, et répondez à cet article fait spontanément par une élève de terminale du lycée d’Alfortville.

Pendant que je me préparais à regarder le film de Mario Camerini basé sur l’Odyssée d’Homère, et qui a pour titre...Suspens..."Ulysse"(!) je me demandais comment cela allait être : après tout, le film est sorti en 1954, c’est à dire il y a 56 ans.

Mais passons, la télé est allumée, le DVD dans le lecteur, et voilà que ça commence. Bien entendu que je connais l’histoire, l’ayant lue... Je ne peux m’empêcher de m’interroger : est -ce que cela sera comme dans le livre ? La réponse : oui !...Et non ! Mais avant de commencer, voici un petit rappel de l’histoire : Ulysse, ayant conquis Troie grâce à son subterfuge (le cheval de Troie), essaie tant bien que mal de rentrer chez lui à Ithaque ; mais c’est sans compter sur les nombreuses embûches dont il va être victime ! (Cyclopes, Lotophages, Circé, Charybde et Scylla, etc...) Pendant ce temps, sa femme, la belle Pénélope, attend patiemment son retour depuis 20 ans. Des prétendants ayant élu domicile chez elle la pressent de choisir un nouveau mari et elle les fait languir avec un intelligent stratagème : elle tisse une tapisserie qu’elle défait la nuit.

Le film, donc, se base là dessus ; mais comme dans toute adaptation, il y a des points qui changent : en premier avec Ulysse incarné par la star Kirk Douglas (93 ans aujourd’hui !) qui lorsqu’il est trouvé par Nausicaa (interpétée par Kossana Podesta) ne se souvient plus qui il est. Sa mémoire lui revient peu à peu par flash-back. Dans le livre, Ulysse a parfaitement conscience de son identité et il raconte lui-même son histoire aux Phéaciens. Deuxièmement, toutes les aventures ne sont pas montrées ; le film relate les plus importantes, comme le cyclope (qui est très bien fait), Circé (jouée par la même actrice que Pénélope, Silvana Mangano : le seul détail qui les différencie était le fait que Circé est verte comme une pomme ! Je suis sûre que les scénaristes se sont inspirés de l’affaire Roswell pour ce trucage.) Les sirènes sont aussi présentes mais on ne les voit pas ; on entend leur chant... qui est plus une complainte que du Céline Dion ! Le réalisateur a bien renforcé le rôle d’Antinoos (Anthony Quinn) qui courtise fortement Pénélope, ça en devient limite agaçant et je dois avouer que j’aurais aimé qu’Ulysse revienne rapidement à la maison au lieu d’aller flirter avec la fille du roi !

Bien sûr, ce ne sont que des détails, ça ne nuit pas au film. Les décors sont bien réalisés pour un long-métrage des années 50, et il y a de l’humour !...même quand il n’y en a pas. Vous remarquerez notamment la voix efféminée de Télémaque en français : cela passerait s’il était âgé de quinze ans, mais comprenez-moi, c’est un homme de 20 ans, tout de même... Et je ne sais pas si vous avez déjà vu un cyclope saoul, mais ça vaut le détour ! Pourquoi ? Si vous arrivez à ressembler à une otarie en ne faisant que boire du jus de raisin, faites moi signe... (Et on voudrait nous faire croire que c’est du vin... mais, silence ! je n’ai rien dit...)

D’autres petits détails m’ont énervée et déçue, ce sont les noms des dieux... Neptune, Vulcain, etc... C’est Poséïdon et Héphaïstos ! On n’est pas dans la mythologie romaine ! Le comble, c’est qu’ils ont gardé Athéna : autant aller au bout du chemin et dire Minerve. Et la seconde chose... Ils étaient où ???! Les dieux ne sont malheureusement pas représentés et n’interviennent pas, jamais. Sans doute par souci de réalisme...

Bref, ce péplum d’une heure et quarante quatre minutes se savoure si vous êtes fan de mythologie grecque ou si vous avez envie de voir une bonne représentation de l’Odyssée d’Homère.

Nahar, élève de terminale littéraire au lycée d’Alfortville.


Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 27 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

636 aujourd'hui
796 hier
1195832 depuis le début
26 visiteurs actuellement connectés