Acte III, scène 3, vers 825-859

dimanche 7 novembre 2010
par  BM

La honte

ACTE III, SCÈNE III.

Œnone

Il faut d’un vain amour étouffer la pensée,

madame. Rappelez votre vertu passée :

le roi, qu’on a cru mort, va paroître à vos yeux ;

Thésée est arrivé, Thésée est en ces lieux.

[...]

Phèdre

[...]

Mourons. De tant d’horreurs qu’un trépas me délivre.

Est-ce un malheur si grand que de cesser de vivre ?

La mort aux malheureux ne cause point d’effroi.

Quelques pistes pour analyser les aspects sentimentaux et moraux de ce discours :

Les paroles d’Oenone ont une fonction de déclencheur :

- L’annonce du retour de Thésée entraîne telle ou telle réaction de Phèdre ...
- Le fait qu’elle n’ait pas pu voir Hippolyte pour lui transmettre le message entraîne ...

Les réactions de Phèdre sont de plusieurs natures :
- La honte ... à développer
- La peur ... de quoi ? de qui ? puorquoi ?
- Une décision ... laquelle ? Et avec quelles justifications ?

Quelques pistes pour une analyse plus littéraire :

Le rythme des paroles d’Oenone est particulier, et traduit une émotion ... laquelle ?
- La joie de revoir le roi ?
- L’inquiétude pour Phèdre ?
- Les entiment d’urgence ?

L’ordre dans lequel Phèdre manifeste ses émotions est révélateur ... de quoi ?
- Son trouble ?
- Ses priorités émotionnelles ?
- La conscience de son statut ?

Le registre des paroles de Phèdre est repérable à quels indices ?
- L’emploi des temps révèle ...
- La logique de ses explications révèle ...
- Le lexique qu’elle utilise pour parler de la mort ...
- Les tournures rhétoriques des deux vers où elle parle de la mort ...

D’un point de vue dramatique, on semble être revenu à quelle scène de l’acte I ...

Quels axes de lecture pourraient être choisis pour construire un commentaire organisé de ce passage ?

Une question pour l’oral : montrer que la passion de Phèdre a un effet direct et puissant sur sa manière de délibérer.

Une méthode pour répondre à cette question :
- d’abord identifier précisément cette passion ;
- ensuite montrer la forme de sa délibération ;
- enfin, établir le rapport entre le problème posé et la solution choisie : mourir règle le problème de la culpabilité, non le problème de l’amour ...


Commentaires  (fermé)

Logo de Sanaa A.
lundi 16 mai 2011 à 23h17, par  Sanaa A.

Phèdre apprend par sa nourrice que son mari, Thésée est vivant.
v. 827 « Le roi qu’on a cru mort va paraître à vos yeux »
→ milieu exact de la pièce : il y a une symétrie dans l’action avec une première moitié sans Thésée et une deuxième avec Thésée.
On a alors l’amplification des problèmes de Phèdre qui doit alors DÉLIBÉRER.

Montrer que la passion de Phèdre a un effet direct sur sa manière de délibérer.

1/ En quoi consiste la passion de Phèdre

v. 833 « J’ai fait l’indigne aveu »
→ sentiment de honte.
Phèdre n’a pas pu s’empêcher d’avouer son amour pour Hippolyte ce qui montre la passion de Phèdre.

v. 846 « il lui cache l’ardeur dont je suis embrassé ? »
→ autre manière de montrer la passion.
Mot clef = cacher.

v. 855 et 846 → rapport entre la passion et les conséquences de la jeune femme.
Phèdre utilise la comparaison pour raisonner. C’est sa passion qui a pour effet sur elle sa prise de conscience et de sa culpabilité.
→ Le sentiment d’une faute extrême entraîne une ardeur extrême.
On a :
a) la peur
b) la culpabilité
c) le désir de mort

► on a une Gradation = seul moyen de se sauver.

« fureur » = substitut de l’amour passionnel + Folie (différent de colère)
« mourons » → crime passionnel
→ Solution passionnelle de ces impossibilités.
Passions qui conduisent au choix passionnel de mourir.

vers final (859) → mort = valeur → 3 passions qui l’entourent.
La mort va devenir la passion la plus forte → APORIE (= pas de solution)

2/ Manière de délibérer de Phèdre

On a un texte délibératif du v. 839 à 859.
Preuve que Phèdre ne sait pas quoi faire et qu’elle est seule → Tragique.

Fonction théâtrale du monologue : faire comprendre les incertitudes / hésitations d’un personnage.
→ Cela construit son personnage.

Questions rhétoriques : appuient et renforcent les sentiments de la personne qui s’exprime. Équivalent d’une affirmation renforcée.

v. 839 : prise de conscience de son crime.
v. 858 : Affirmation que la mort vaut mieux que la honte.
v. 845 846 : Phèdre n’attend pas une réponse de H. mais espère qu’il ne la dénoncera pas. Dans son incertitude, Phèdre a encore un peu d’espoir...
v. 845 à 848 : Hypothèse de Phèdre (Futur)

Phèdre est coincée. Elle veut mourir (v. 882) donc Oenone qui la considère comme sa fille se trouve dans une situation tragique et va la faire changer d’avis. Phèdre hait désormais H. on a donc une passion en moins.
v. 886 : Oenone propose à Phèdre de mettre la honte sur Hippolyte. Elle veut mentir pour ne pas perdre Phèdre et est prête à assumer le mensonge à sa place. (v. 894).
Oenone a UNE passion : Phèdre, qu’elle considère comme sa fille. Cette passion devient plus forte que le mensonge.

Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 27 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

106 aujourd'hui
658 hier
1193004 depuis le début
23 visiteurs actuellement connectés