Le chien

vendredi 5 novembre 2010
par  BM

Pistes proposées pour l’exposé destiné à Jonathan,Sarah et Nader

- Situer le(s) passage(s) et le(s) délimiter précisément.
- Analyser les registres en jeu.
- Dire ce que cela apporte en termes d’action (lenteur, vitesse, tension, comique, tragique, dérision, etc.), en termes de psychologie (révélation de tel ou tel trait de caractère, compréhension du conflit, etc.).
- Expliquer tout le jeu de scène portant sur le fait que Hamm est aveugle, sur la gestuelle, sur la forme de l’animal, etc.

- Commenter la place de l’épisode dans le déroulement de la pièce.

Résumé de l’exposé fait par Jonathan, Sarah et Nader

L’épisode du chien peut être considéré comme double.

- Première occurrence du mot « chien » p. 15 : de qui parle Hamm ? L’image « traiter quelqu’un comme un chien » est immédiatement perceptible, avec le sifflet de Hamm.
- P. 18 : on donne à manger au chien ...
- Le sifflet marque le conditionnement de Clov, son dressage ?
- La cuisine est sa niche ?
- Puisque Clov est un homme, la métaphore du chien le transforme en esclave ?

- Malgré ce statut de chien, Clov ne peut se passer de son maître, et réciproquement.
- Comme un chien, Clov se révolte parfois, montre les dents : est-il aussi docile qu’il le paraît ?

- La deuxième occurrence du terme apparaît p. 55, et cette fois on peut penser qu’il s’agira d’un vrai chien.
- Hamm réclame son chien, capricieusement ? L’apparition d’un chien en peluche le laisse penser.
- Clov ironise en disant « Tes chiens sont là » : il est du nombre.
- Comique sur la couleur : chien blanc ou noir ? Quelle importance pour un aveugle ?
- Chien inachevé,dans un univers raté, un monde de handicapés : les deux chiens ont la même infirmité, les jambes.
- Comique de l’absence de sexe, niveau de comique farcesque et gestuel.
- Chien implorant : marque du besoin de dominer de Hamm.
- Violence de Hamm p 76 : caprice d’enfant, comportement enfantin consistant à jeter son jouet ?
- Violence de Clov p. 99 : révolte physique symbolique ? Un chien jette un autre chien à la tête d’un maître ? Lâcheté de Clov qui s’attaque à un aveugle ? La réplique de Hamm « Il m’a frappé. » est ambiguë, on peut la considérer comme un aparté excluant Clov.
- Comique verbal de niveau simpliste : « Tu me rends enragé ... »
- Réplique curieuse de Clov p. 100 : « Cessons de jouer ! » Un chien est-il un jouet ?
- P. 110 Hamm jette le chien.

Conclusion ajoutée : compléments et tentative de synthèse

- Il faut penser que cynisme est un mot qui se rattache à la notion de chien.

- Mais surtout, il faut considérer le chien en peluche comme un des attributs du pouvoir de Hamm, à la façon dont un roi possède un royaume, un trône, un sceptre, et un animal de compagnie à valeur de symbole.
- Or ici, tout est dénaturé et rabaissé : le royaume est réduit à une pièce sombre protégée du reste de l’univers par une cloison qui sonne le creux, le trône est un fauteuil roulant d’infirme, le sceptre est une gaffe inopérante, ne pouvant même pas servir de rame pour faire déplacer le fauteuil, et le lion est un chien en peluche, implorant, incomplet, qui ne tient pas debout, asexué, utilisé comme objet à câliner ou à jeter, et le chien finit comme les parents, au rebut, jeté dans un geste d’abandon.

- Si l’on considère que l’autre chien (Clov) sort du jeu en se tenant debout mais silencieux, après avoir été rudoyé et battu, après s’être inutilement révolté, on comprend bien que cet animal, symbole de fidélité, de soumission, de noblesse, est ici au même niveau que les animaux repoussants comme la puce ou le rat.

- Il apporte donc du comique, mais par la dérision.

- Et l’épisode du chien est étiré, c’est un des moments forts, il apporte à l’action une unité thématique signifiante.

Voir aussi l’exposé sur les animaux.


Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

423 aujourd'hui
608 hier
1153935 depuis le début
33 visiteurs actuellement connectés