Gargantua

samedi 18 septembre 2010
par  BM

L’œuvre étudiée : Gargantua

- Vous trouverez en fichier joint le texte intégral de Gargantua de Rabelais.
- Vous pourrez le travailler plus facilement, sans avoir de saisie manuelle au clavier.

N.B. Il s’agit du texte dans sa graphie et sa langue originelles.

L’édition de référence

Vous vous procurerez l’édition suivante :

- François Rabelais, Gargantua, Éditions Pocket, Texte intégral + Les clés de l’œuvre.
- Prix public : 4,60 euros.
- Cette édition est bilingue : vous aurez, sur la page de gauche, le texte dans la langue originale du XVIème siècle, et sur la page de droite une adaptation / traduction en français moderne.
- Vous aurez un petit nombre de notes de bas de page, et un dossier final assez intéressant.

Les textes à étudier (en lecture analytique ou cursive)

Ils sont en fichiers joints, ci-dessous, dans la langue d’origine. Il est possible que de légères différences apparaissent dans les numéros des chapitres par rapport à votre édition.

Les chapitres sur l’éducation : XIII, XIV, XX et XXI

Vous complèterez cette page en proposant de petites définitions documentées (avec l’indication des sources) sur les notions suivantes :
la scolastique
l’érudition
la Sorbonne
le trivium
le quadrivium

Vous chercherez aussi quels étaient les programmes et les cursus des universités au XVIème siècle.

Les chapitres sur la guerre : XXIII, XXIV, XXV et XXVI

Vous complèterez cette page en proposant des documents sur les points suivants :
les guerres à l’époque de Rabelais
les causes de ces guerres
les modalités de ces guerres

Vous chercherez aussi les aspects parodiques de cette guerre Picrocholine.
Vous essaierez de trouver des références d’œuvres littéraires antérieures à Rabelais, ou contemporaines, qui ont traité de la guerre, soit de manière sérieuse, soit de manière engagée, soit de manière parodique.
Et une recette de fouace ...

JPEG - 204 ko
La fouace : recette officielle de La Devinière ...

Les chapitres consacrés à la religion, la fondation de l’abbaye de Thélème : L, LV

Vous complèterez à votre guise cette page en proposant des plans de lecture, des résumés, des notions permettant de bien comprendre les extraits étudiés.


Documents joints

Gargantua
Gargantua
L'éducation selon Tubal Holopherne
L'éducation selon Tubal Holopherne
L'éducation selon les sorbonagres
L'éducation selon les sorbonagres
L'éducation selon Ponocrates
L'éducation selon Ponocrates
Le choix du nom "Gargantua"
Le choix du nom "Gargantua"
La bataille des fouaces
La bataille des fouaces
Les ambitions de Picrochole : conquérir le (...)
Les ambitions de Picrochole : conquérir le (...)
Frère Jean des Entommeures
Frère Jean des Entommeures
Réflexions diverses sur le bon pouvoir (...)
Réflexions diverses sur le bon pouvoir (...)
Le Prologue : le rire est une affaire sérieuse
Le Prologue : le rire est une affaire sérieuse
Fonder une abbaye : pourquoi ?
Fonder une abbaye : pourquoi ?
Thélème : une utopie humaniste
Thélème : une utopie humaniste
5 recettes de fouace : à tester
5 recettes de fouace : à tester

Commentaires  (fermé)

Logo de Nicolas
vendredi 29 avril 2011 à 15h05, par  Nicolas
Document joint :  Les_guerres.doc
Logo de Antonin A.
jeudi 7 avril 2011 à 20h55, par  Antonin A.

Guerres au XVI siècle.

Logo de Marie-Lise B.
jeudi 7 avril 2011 à 20h11, par  Marie-Lise B.

La scolastique est un enseignement philosophique et théologique propre au Moyen Age, fondé sur la tradition aristotélicienne (= relatif à la philosophie d’Aristote), et qui est interprété par les théologiens.

Source : dictionnaire Larousse

La Sorbonne a été créée au 12e siècle par Robert de Sorbon. La création de cette université et des autres avait pour but d’affirmer Paris comme capitale définitive de la France. Ces écoles dispensaient un enseignement qui préparait à trois grades :
- le baccalauréat (grammaire, dialectique, rhétorique),
- la licence (arithmétique, géométrie, astronomie, musique)
- le doctorat (médecine, droit canonique, théologie).
Elle a eu comme proviseur le cardinal de Richelieu qui a même voulu faire construire son tombeau dans l’université.
Aujourd’hui, dans l’Université Paris-Sorbonne, les disciplines littéraires et les sciences humaines sont enseignées.

source : http://www.paris-sorbonne.fr/ & http://www.sorbonne.fr/

Les arts libéraux désignent les différentes matières enseignées au moyen Age et à l’Antiquité. Elles sont réparties en 2 catégories nommées :
- le Trivium, qui est composé de grammaire, de dialectique et de rhétorique,
- le Quadrivium, qui est composé d’arithmétique, de musique, de géométrie et d’astronomie.

Source : wikipédia

Logo de Antonin et Nicolas
lundi 28 mars 2011 à 11h44, par  Antonin et Nicolas
Site web : Les définitions
Document joint :  Les_definitions.doc
Logo de Sanaa A.
jeudi 24 mars 2011 à 23h04, par  Sanaa A.

Voici une autre page intéressante à consulter concernant la vie des étudiants au XVIe siècle,et les collèges, notamment celui de Montaigu qui est décrit comme "un antre du conservatisme pédagogique".
C’est en effet dans ce collège que se sont rencontré les hommes les plus influent concernant la pensée au début du XVIe siècle : ÉRASME y est élève et y enseigna peut-être ; RABELAIS fréquente probablement ses bâtiments situés dans la rue des Sept-Voies, près de l’Église Sainte Geneviève. CALVIN et LOYOLA y suivent des cours ensemble au même moment. VILLEGAGNON, un explorateur, y suit sa formation en latin. Enfin, Noël BEDA en est le Recteur après y avoir été élève.

En voici un petit extrait :

"Au XVIème siècle, la contestation de la théologie traditionnelle et le déclin des "Nations" vont profiter à l’enseignement de ces Collèges. Chacun d’eux possède sa marque et sa propre personnalité, souvent donnée par son Principal (ou Recteur). Le Collège de MONTAIGU a une importance toute particulière dans la vie de Rabelais, et surtout dans le contexte historique du mouvement de la Réforme . On en voit ici l’emplacement sur un plan de Paris dessiné au XVIème par Vassalieu. Un des côtés du bâtiment est construit sur le rempart de la ville. Un fossé extérieur le ceinturait. Et le gibet se trouvait juste au-delà. Cette vue avait sans doute de quoi créer une ambiance propice au travail."

Logo de Sanaa A.
jeudi 24 mars 2011 à 22h42, par  Sanaa A.

L’université de Paris au XVIe siècle :

Elle se compose de quatre facultés :
- Théologie
- Arts
- Droit canonique
- médecine

La théologie et les arts sont les plus suivis. A l’époque, les étudiants de cette faculté se répartissaient en quatre "nations" : la Normande, la Picarde, l’Allemande et la Française (qui comprend les étudiants parisiens et des pays du Sud) .Vers 1530 le collège de Sorbonne et celui de Navarre réunissent la plupart des théologiens et les clercs séculiers venus terminer leurs cours de théologie . Citadelle de l’orthodoxie religieuse, le collège de théologie est la plus haute autorité morale de la chrétienté en Europe. Les Rois, les conciles et les Papes sollicitent ses avis .

La faculté de théologie, elle, a pour mission de dénoncer vigoureusement toute idée teintée d’hérésie, ce qu’elle s’empresse de faire, surtout avec le développement des idées nouvelles issues de l’ Humanisme et du Luthéranisme. Au XVIe siècle, elle exerce son contrôle sur toutes les études.
Les Papes qui ont créé et protégé l’Université au 13ème siècle, ont eu le souci de lui donner une place de centre pilote des études religieuses.

L’enseignement dure environ treize années.
Les études y sont réservées aux étudiants séculiers déjà pourvus de la maîtrise des arts ou aux étudiants réguliers qui ont reçu une formation préalable dans les studia de leur ordre.

Pendant les six premières années, l’étudiant écoute les leçons sur la Bible et le LIVRE DES SENTENCES de Pierre Lombard (1145),ancien évêque de Paris .
→ rassemble et classe méthodiquement les réponses des principaux maîtres aux questions métaphysiques et morales que pose le dogme chrétien.

Après cinq ou six années passées autour des Sentences, l’étudiant devient bachelier chargé de cours. Il cesse alors d’être un simple auditeur : pendant deux semestres, il explique la Bible et suit les discussions solennelles des Docteurs.
Au bout de trois ans, admis à l’épreuve de la "tentative" et "bachelier sententiaire", il commente les SENTENCES de Pierre LOMBARD.
Puis “ bachelier formé”, son initiation est accomplie. On exige seulement pour le recevoir à la maîtrise, qu’un stage triennal consacré en partie à la prédication.
Tous les deux ans s’ouvre la session de licence. Le candidat soutient, dans le courant de l’été, les trois argumentations obligatoires : la mineure ordinaire, la majeure ordinaire, et enfin la sorbonique. Il reçoit alors rang de mérite, en janvier, et le grade de licencié.
Il doit prendre encore part à trois discussions solennelles, “ VESPÉRIE” , “AULIQUE” , et “ RÉSOMPTE”. Il obtient alors, enfin, le titre de Docteur. Il a désormais voix dans le conseil de ses pairs, une sorte d’académie dont les membres, hautement révérés, pourvus de bénéfices, résident le plus souvent à PARIS.

Logo de Élodie F
jeudi 24 mars 2011 à 20h41, par  Élodie F

L’érudition :
L’érudition : L’érudition désigne une grande étendue de savoir, de connaissance. Ce savoir se retrouve principalement dans la littérature, la philologie (= les langues) et en histoire.
Elle est caractérisée par une étude de documents sur le sujet plutôt qu’à du pur travail scolaire d’apprentissage.
>http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89...

Logo de Élodie F
jeudi 24 mars 2011 à 20h39, par  Élodie F

La scolastique :
La scolastique : (du latin schola, ae, « école », lui-même du grec σχολή, qui désigne « arrêt de travail », ou bien « loisir consacré à l’étude »). La scolastique désigne l’enseignement donné à l’ époque du Moyen-Age dans les écoles monastiques, les Universités, et toutes les écoles qui se trouvaient sous la juridiction de l’Église.
La méthode d’enseignement est basée sur la connaissance livresque uniquement et les professeurs ne voulaient être remis en cause.
Avant d’être un enseignement, la scolastique est une tentative de l’Église de répondre au problème de la conciliation de la foi et de la raison qui ont des bases différentes. La foi est basée sur la religion alors que la raison est basée sur la philosophie.
La scolastique se résume à apprendre par cœur des textes et des commentaires. Cet enseignement est réfuté par Rabelais dans Gargantua par exemple.
>http://fr.wikipedia.org/wiki/Scolastique
>http://www.lyc-levigan.ac-montpelli...

Logo de Sofian D.
jeudi 24 mars 2011 à 19h39, par  Sofian D.

Quelques explications dans le fichier ci-joint

Document joint :  Francais.odt
Logo de Élodie F
jeudi 24 mars 2011 à 19h04, par  Élodie F

La scolastique :
La scolastique : (du latin schola, ae, « école », lui-même du grec σχολή, qui désigne « arrêt de travail », ou bien « loisir consacré à l’étude »). La scolastique désigne l’enseignement donné à l’ époque du Moyen-Age dans les écoles monastiques, les Universités, et toutes les écoles qui se trouvaient sous la juridiction de l’Église.
La méthode d’enseignement est basée sur la connaissance livresque uniquement et les professeurs ne voulaient être remis en cause.
Avant d’être un enseignement, la scolastique est une tentative de l’Église de répondre au problème de la conciliation de la foi et de la raison qui ont des bases différentes. La foi est basée sur la religion alors que la raison est basée sur la philosophie.
La scolastique se résume à apprendre par cœur des textes et des commentaires. Cet enseignement est réfuté par Rabelais dans Gargantua par exemple.
>http://fr.wikipedia.org/wiki/Scolastique
>http://www.lyc-levigan.ac-montpelli...

Logo de Thomas T.
mercredi 23 mars 2011 à 15h31, par  Thomas T.

Chapitres sur l’éducation : (sources : Wikipédia + Le Petit Larousse )

- Scolastique : enseignement philosophique et théologique propre au Moyen-Age.
- Érudition : Savoir approfondi dans un domaine de connaissances.
- Sorbonne : établissement public d’enseignement supérieur, à Paris. Elle a pris son nom de son fondateur, Robert de Sorbon, dont le but avait été de créer un établissement pour faciliter aux écoliers pauvres les études théologiques.
- Trivium : Le trivium correspond à trois des sept arts libéraux de l’enseignement médiéval, regroupant la grammaire, la rhétorique et la dialectique.
- Quadrivium : Le terme quadrivium désigne l’ensemble des quatre sciences mathématiques dans la théorie antique : arithmétique, musique, géométrie, astronomie.

- L’université au XVIème siècle se compose de quatre facultés : la théologie, les arts, le droit canonique et la médecine. L’enseignement dure environ treize années.

- Chapitres sur la guerre : les guerres de religion font rage à l’époque de Rabelais. En France elles ont eu lieu pendant la seconde moitié du XVIème siècle où se sont opposés catholiques et protestants.
Les premières persécutions contre ceux qui adhèrent aux idées nouvelles commencent dans les années 1520.

Logo de Benoît D.
mardi 22 mars 2011 à 21h24, par  Benoît D.

Pour la définition de La Sorbonne :

La plus célèbre et la plus ancienne des universités de Paris est la Sorbonne, fondée en 1257 par Robert de Sorbon, confesseur de Louis IX. Le Collegium pauperum magistrorum in theologica facultate était à l’origine un établissement d’enseignement théologique, destiné aux étudiants peu fortunés.
Très vite, l’établissement acquit une immense renommée dans le monde chrétien.
Toujours au cœur des grands débats théologiques, politiques et philosophiques de l’époque, la Sorbonne, qui posséda dès 1469 une imprimerie, put affirmer son indépendance. Elle subit de nombreuses critiques sur son enseignement pendant la période de l’humanisme mais grâce à son prestige, il n’y eut aucune répercussion.
L’établissement abrite encore aujourd’hui une faculté de lettres et des sciences.

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 26 avril 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

156 aujourd'hui
204 hier
1133522 depuis le début
16 visiteurs actuellement connectés