Les textes du manuel

samedi 18 septembre 2010
par  BM

Voici en fichiers joints les quatre textes du manuel que nous étudierons.

Vous pourrez les travailler plus facilement, sans avoir à faire de saisie manuelle.

Liens Internet au secours de votre culture

- La définition du terme « Fanatisme » dans le dictionnaire du CNRTL, et de « Fanatique ».
- Un lien vers l’article « Fanatisme » de Voltaire, dans son Dictionnaire Philosophique.
- Un autre lien vers la même œuvre, à l’article « Religion ».
- Enfin, l’article « Tolérance ».

Quelques citations pour égayer et illustrer notre lecture des textes de ce groupement.

- « On n’a jamais vu une religion saupoudrée d’un zeste d’humour. »

Jacques STERNBERG, Pensées, 1986.

- « Les religions, comme les idéologies qui en ont hérité les vices, se réduisent à des croisades contre l’humour. »

Emil Cioran, Aveux et anathèmes, 1987.

- « L’intolérance est de tous les temps. Il n’est point de religion qui n’ait eu ses fanatiques. Nous sommes tous enclins à l’adoration. Tout nous semble excellent dans ce que nous aimons, et cela nous fâche quand on nous montre le défaut de nos idoles. Les hommes ont grand’peine à mettre un peu de critique dans les sources de leurs croyances et dans l’origine de leur foi. Aussi bien, si l’on regardait trop aux principes, on ne croirait jamais. »

Anatole France, Le jardin d’Epicure, 1894.

- A propos du rire et de sa valeur argumentative et critique : « La dérision n’a pas de prise sur les croyances et les idéologies ; celles-ci sont imperméables à toute ironie. [...] C’est ainsi que le XVIIIème siècle a ricané de la religion, de l’absolutisme ; [...] Certes, il demeure des îlots de sérieux par-ci, par-là - intégrismes et fanatismes de tout poil -, mais ils ne sont sérieux qu’à leurs propres yeux. »

Georges Minois, Histoire du rire et de la dérision, 2000.

- « Si la religion avait toujours été parfaitement libre, elle n’aurait, je le pense, été jamais qu’un objet de respect et d’amour. L’on ne concevrait guère le fanatisme bizarre qui rendrait la religion en elle-même un objet de haine ou de malveillance. »

Benjamin CONSTANT, Principes de politique, 1815.

- « Montesquieu respecta toujours les opinions qui assurent le repos de la société, et n’attaqua jamais que les préjugés funestes. Mais pour en purger la terre, il ne prit point le ton dogmatique d’un réformateur ; il eut recours à cette Satire délicate, dont les atteintes, pour être moins violentes, n’en sont que plus sûres. C’est ainsi qu’il ébranla les Autels de la Superstition. C’est ainsi qu’il rendit ridicule les Suppôts du fanatisme. C’est ainsi qu’il désarma l’intolérance, et qu’il décria les disputes théologiques, uniquement propres à scandaliser les sages. »

Jean-Paul MARAT, Éloge de Montesquieu, 1785.

- « Rien n’égale la puissance de surdité volontaire des fanatismes. »

Victor Hugo, William Shakespeare, Troisième partie : Conclusion.

(Citation trouvée par Marie-Lise B.)

A vous d’en trouver d’autres, qui serviront à votre préparation de l’oral, et de l’écrit.

Des propositions d’analyse ou de présentation orale, des enregistrements sonores de lectures, des explications de faits argumentatifs particuliers, voici ce que vous pouvez proposer dans des commentaires et des fichiers attachés à cet article.


Documents joints

Candide, chapitre premier
Candide, chapitre premier
L'Ingénu, chapitre 16
L'Ingénu, chapitre 16
Memnon
Memnon
Zadig, chapitre 12
Zadig, chapitre 12

Commentaires  (fermé)

Logo de B Maréchal
samedi 18 septembre 2010 à 19h00, par  B Maréchal

Comment étudier le texte de Voltaire, Zadig, chapitre 12 ?

- Reprise simplifiée du travail fait en classe.
- Voici une proposition de travail méthodique, dans un ordre qui permet de ne pas se perdre dans les détails (les détails serviront à appuyer telle ou telle explication)

1°) La composition et le thème de la page ?

- C’est un repas, avec un début et une fin, des circonstances sociologiques et géographiques qui auront leur sens, puisque c’est le milieu de « l’import-export » du XVIIIème siècle, et des discussions autour de la nourriture (c’est le prétexte) et l’élargissement de ces discussions à la religion (c’est le vrai thème).

2°) Le thème des discussions ?
- Un seul thème = LES religions dans leur pratique (nourriture, dogmes, interdictions et autorisations, etc.).
- On doit constater qu’on s’éloigne très vite de la nourriture, mais qu’on reste dans les pratiques individuelles.

3°) Les thèses soutenues ?

- Une seule thèse, déclinée avec ses variantes : MA religion est meilleure que la vôtre.

4°) Les arguments.

- La nature des arguments des différents intervenants : arguments d’autorité, arguments géographiques, historiques, numériques, la plupart sans rapport exact et/ou rationnel avec les thèses soutenues (ma religion est meilleure que la vôtre).
- La forme de ces arguments : développée, illustrée, hyperbolique, complexe, parfois obscure ou résumée, donc absente (le grec).
- Le sens de ces arguments : au service d’une thèse considérée comme valable d’avance, donc préjugée bonne.

5°) Ce qu’on peut déduire de ces constations ?

- Donc : les argumentations sont nulles.
- Donc bis : elles sont toutes fanatiques, c’est-à-dire affirmant une certitude non prouvée, mais à laquelle on s’attache en refusant d’avance toute réfutation.
- Donc ter : nécessité narrative et intellectuelle de faire intervenir quelqu’un de rationnel (même sur le sujet religieux).

6°) La dernière « thèse »,ou partie de l’argumentation : après le débat sans solution, une explication.

- La forme et la valeur de l’argumentation de Zadig : forme débat / discours cherchant l’assentiment avec les questions oratoires, logique remontant aux causes premières, simplicité, clarté, forme logique.
- Registre didactique.
- Paradoxe consistant à dire quelque chose d’incroyable, après une série d’affirmations toutes catégoriques, mais à le dire de manière hypothétique, comme pour constituer un raisonnement d’ensemble après les affirmations personnelles et partisanes.
- Comique de la rapidité avec laquelle tout le monde se réconcilie, parce que l’argumentation est claire.

7°) Conclusion sur ce qu’il faut comprendre du texte.

- Voltaire dénonce les fanatismes, en les donnant en spectacle dans leur nullité argumentative, et en leur opposant quelqu’un de simple, d’étranger aux querelles, et qui se contente de raisonner en s’appuyant très précisément sur les affirmations des intervenants précédents.
- C’est un texte critique, pas très polémique, mais un peu ironique, notamment du fait de la chute inattendue : Zadig est excellent pour résoudre les problèmes, mais lui-même se heurte à des injustices dans sa vie personnelle …

Nobody’s perfect ?

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 27 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

106 aujourd'hui
658 hier
1193004 depuis le début
23 visiteurs actuellement connectés