Septembre

vendredi 10 septembre 2010
par  BM

Chaque semaine, une phrase de grec ancien sera mise en ligne, et proposée à votre sagacité. Vous utiliserez le Bailly en ligne, vos lexiques, et vous donnerez une traduction sous la forme d’un commentaire attaché à cet article. Vous n’omettrez pas de vous identifier, si vous voulez avoir la prime au(x) gagnant(s) ...

Semaine du 13 septembre : la phrase à traduire

Τρίχας γέρων μέν εἰμι,

τὰς δὲ φρένας νεάζω.

Auteur : Anacréon réécrit à la première personne.

PNG - 33.2 ko
Anacréon

Semaine du 20 septembre : la phrase à traduire

Κούρη τις μʹἐφίλησεν ὑφέςπερα χείλεσιν ὑγροῖς,

καὶ μεθύω τὸ φίλημα͵ πολὺν τὸν ἒρωτα πεπωκώς.

L’anthologie grecque, auteur inconnu.

- L’anthologie grecque est un recueil de plusieurs milliers de petits poèmes, nommés épigrammes, réunis au cours des siècles par des érudits.
- Au XVème siècle, le moine nommé Planude mit au jour cette anthologie, et au XVIIIème siècle on redécouvrit à Heidelberg, en Allemagne, un recueil antérieur, beaucoup plus complet, connu sous le nom d’Anthologie Palatine.
- Le recueil originel date sans doute du premier siècle avant notre ère, et il est difficile d’attribuer avec certitude des dates ou des noms d’auteurs à cette masse poétique...

Semaine du 27 septembre : la phrase à traduire

Πάντα σέθεν* φιλέω** · μοῦνον*** δὲ σὸν ἄκριτον ὄμμα

ἐχθαίρω͵ στυγεροῖς ἀνδράσι τερπόμενον.

- (* σέθεν est une forme provenant du pronom de la deuxième personne, et "gén. épq." dans le Bailly signifie qu’on a ici une forme de la langue épique, plus ancienne ; le suffixe -θεν est utilisé pour marquer le point d’origine, notamment dans les compléments de lieu, mais ici il n’a de valeur que relationnelle, d’une personne à une autre)
- (** = φιλῶ)
- (*** = μόνον)

PNG - 13.4 ko
Rufin

- L’auteur s’appelle Rufin, eh oui c’est un drôle de nom ... et il s’agit encore une fois d’un texte élégiaque et amoureux.
- C’est l’occasion de revoir ou de comprendre la fonction "apposition" de l’attribut par rapport à un nom, et de comprendre l’origine du prénom "André".
- Vous trouverez des développements de la métaphore de l’œil (ὄμμα) dans toute la poésie de la Renaissance.
- Fermeture des enregistrements jeudi 30 septembre vers 23 heures. Vous déposerez vos propositions sous forme de commentaires, avec ou sans fichier joint, puisque la phrase est courte.


Commentaires  (fermé)

Logo de Philippe ...
samedi 2 octobre 2010 à 11h50, par  Philippe ...

La phrase du 13 septembre
Une proposition en moins de mots, pour le professeur aux cheveux blancs ...

« Grison, oui, mais grisant ! »

Un collègue ...

Logo de B Maréchal
vendredi 1er octobre 2010 à 22h41, par  B Maréchal

Propositions de traductions

- Pour la première phrase, je laisse volontiers la prime à Adeline et Cécile.

- Pour la deuxième phrase, voici comment Robert Brasillach (né en 1909 - fusillé pour faits de collaboration en 1945) la traduisait vers 1944, dans son Anthologie de la poésie grecque publiée en 1950 :

« Sous l’étoile du soir, de ses lèvres mouillées,

Une enfant m’a donné hier soir un baiser.

Et je suis maintenant ivre de son baiser

Où j’ai comme à longs traits bu le vin de l’amour. »

- Proposition pour la dernière phrase de la série :

« Tout en toi me plait ; mais ton regard n’est pas net ! Je ne supporte pas le voir charmé par des hommes que je déteste ... »

Voici une autre traduction, de Philippe Remacle, sur le site duquel je suis allé chercher le texte :

« J’aime tout de toi, moins tes yeux, que je déteste : ils se plaisent à regarder des hommes que je hais. »

Vous pourrez lire d’autres poèmes du même Rufin sur le site de Philippe Remacle indiqué ci-dessous.

Logo de B Maréchal
jeudi 30 septembre 2010 à 23h36, par  B Maréchal

Élise, c’est assez bien.

Mais pourquoi cette redondance de "mais" et "néanmoins" ?

Et le choix de l’adjectif "indécis" n’est pas très judicieux.

Quant à se repaître ... au lieu de se laisser charmer, c’est une transposition de la passivité sensuelle de la femme qui regarde d’autres hommes, à l’attitude quasiment dévorante de celle qui veut les croquer ... La jalousie est d’autant plus forte que l’amant ne supporte même pas qu’elle lève les yeux sur un autre que lui ... et il les déteste.

Bonne note tout de même, et votre commentaire personnel est pertinent : 15.

Logo de B Maréchal
jeudi 30 septembre 2010 à 23h31, par  B Maréchal

Mathilde, cette fois c’est assez réussi. Mais l’adjectif confus ne va pas très bien ...
Bonne note : 16.

Logo de B Maréchal
jeudi 30 septembre 2010 à 23h29, par  B Maréchal

Camille, c’est bien. Pourquoi traduire par "les hommes", alors qu’ils ne sont pas précisés ? Et pourquoi n’avoir pas tenté une traduction en deux membres bien opposés, pour marquer la force du point en haut ?
Bonne note tout de même : 17.

Logo de B Maréchal
jeudi 30 septembre 2010 à 23h27, par  B Maréchal

Mathilde, c’est une bonne analyse. Vous devez pouvoir améliorer la traduction.

Logo de Élise Ch.
jeudi 30 septembre 2010 à 21h43, par  Élise Ch.

Bonsoir voici la phrase de la semaine :J’aime tout de toi , mais je déteste néanmoins ton œil indécis qui se repaît d’hommes affreux.

Commentaire personnel : Encore un homme jaloux.
Bonne soirée .

mercredi 29 septembre 2010 à 13h38

Après modifications, voilà ma proposition :

J’aime tout de toi mais je hais ton regard confus, il se laisse charmer par des hommes détestables.

Mathilde L-S

dimanche 26 septembre 2010 à 09h41

Bonjour, je pense avoir compris la phrase :

J’aime tout ce qui viens de toi, moins tes yeux que je déteste, ils se réjouissent de voir les hommes que je hais.

Je ne suis pas sûre pour la dernière partie de la phrase.

Bonne journée.

Camille 1ère L

samedi 25 septembre 2010 à 20h47

Voici la phrase de la semaine du 27 septembre en espérant que je ne me sois pas trop trompée

Πάντα σέθεν* φιλέω** · μοῦνον*** δὲ σὸν ἄκριτον ὄμμα
ἐχθαίρω͵ στυγεροῖς ἀνδράσι τερπόμενον.

Quelques doutes sur « τερπόμενον. », j’ai trouvé le verbe « τέρπω » signifiant charmer, réjouir mais je ne sais pas à quel temps ce verbe est conjugué dans votre phrase.

Traduction mot à mot :
Je t’aime uniquement et complètement mais je déteste tes yeux confus, ils charment des hommes haïssables.
Ou :
J’aime tout de/chez toi mais je hais ton regard confus, il charme des hommes odieux/que je déteste

Mathilde L-S

Document joint :  Grec.odt
Logo de B Maréchal
jeudi 23 septembre 2010 à 22h33, par  B Maréchal

Je suis vieux d’âge, mais jeune de l’esprit.

C’est bien traduit, Adeline, et vous avez la prime de rapidité. Mais La tournure grammaticale "de l’esprit" serait plus légère si vous écriviez "d’esprit"

Note : 17/20

Logo de B Maréchal
jeudi 23 septembre 2010 à 22h30, par  B Maréchal

Semaine du 13/09 :
Mes cheveux me vieillissent,
Cependant mon esprit demeure jeune.

Cécile, voilà une traduction intéressante, qui marque bien l’opposition entre μέν et δὲ.

Note : 16/20.

Semaine du 20/09 :
J’aime les sourires tendres de cette jeune fille, et je suis ivre de ses baisers, et je boirai ses nombreux amours.

Ici, Cécile, vous avez mal apprécié les temps, les nombres et les cas : le baiser au singulier peut être assez enivrant sans qu’on le mette au pluriel, quant à l’emploi du futur pour traduire πεπωκώς, c’est une belle erreur. Disons que vous avez traduit cette phrase de manière un peu trop optimiste ? Et pourquoi inventer un sourire ? Les lèvres servent aussi à autre chose, surtout humides.

Note suspendue.

Logo de Cécile
jeudi 23 septembre 2010 à 22h07, par  Cécile

Bonsoir,

Voilà mes trouvailles pour ces deux phrases.

Bonne soirée.

Document joint :  Grec.txt
Logo de Adeline
lundi 20 septembre 2010 à 22h32, par  Adeline

Bonsoir, je ne sais pas si cela correspondra à vos attentes mais je tente.
Bonne soirée.

Document joint :  La_phrase_de_la_semaine.doc

Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

441 aujourd'hui
608 hier
1153953 depuis le début
27 visiteurs actuellement connectés