La laideur

mardi 31 août 2010
par  BM

Pistes pour l’exposé destiné à Marina, Silvia, Emmeline et Charline

- Les pistes à suivre sont plus complexes que le simple titre.

- Il s’agira de réfléchir au corps humain, à la laideur et à ce choix esthétique, au choix de l’âge des personnages, au choix du décor.

- D’autre part, les infirmités, les tares, tant morales que physiques, seront à prendre en compte.

- Il peut être intéressant de fournir une ou plusieurs problématiques, sous forme de plans schématiques, et en parallèle, un recensement organisé des différentes marques de la laideur dans la pièce.

Résumé de l’exposé de Marina, Silvia, Emmeline et Charline : la laideur, les infirmités

Le décor
- Il est est laid : couleurs évoquant une misère de la vie des personnages, vieux linge à connotation péjorative.
- Dans les paroles de Clov, l’univers décrit est réduit, oppressant.
- Il est vide : vide de sens
- Il fait gris, ou noir clair (p. 46).

Ajouté : les costumes et les indications scéniques de Beckett.

Nell et Nagg
- Les handicapés dans leurs poubelles : leur sable n’est plus changé (autrefois c’était de la sciure), registre pathétique (?).
- Corps en déliquescence : l’unique dent est perdue, l’ouïe est passable mais pas très fine.
- Assimilation à des ordures : « Mon royaume pour un boueux ! »(p. 36).
- Humiliation, maltraitance, l’unique perspective est la mort, registre tragique.

Ajouté : l’âge, les indications de costume, de teint, la faiblesse physique et la sous-alimentation, l’impossibilité de se toucher ou de s’embrasser donnent un registre à la fois pathétique et comique.

Clov
- Personnage affecté de problèmes physiques (et mentaux ?) : jambes raides, fatigue visible, dès la didascalie initiale.
- Rires brefs donnant l’impression qu’il n’a pas toute sa tête ?
- Le texte confirme ces infirmités : il ne peut pas s’asseoir (p. 23), il n’a pas assez de nourriture.
- Personnage rongé par la fatigue, le manque d’hygiène (la puce) et de nourriture, et les travaux imposés par Hamm.
- Personnage qui doit porter les invalidités des trois autres.

Hamm
- Paralytique (p. 11), aveugle (p. 14).
- Il a besoin de Clov, qui est à la fois ses jambes et ses yeux.

Ajouté : problèmes urinaires ? saignements ?

Conclusion ajoutée : signification de cette laideur ?

- Théâtralement, ou esthétiquement : c’est un monde repoussant, des personnages n’amenant pas à l’identification.
- Psychologiquement, dans la création des caractères : la laideur physique, les infirmités, sont en harmonie avec les discours, les mentalités, l’impression d’un monde finissant, sans espoir ni idéal.
- Moralement, les infirmités des quatre personnages ne sont pas nobles, mais toutes humiliantes : les deux vieillards font leurs besoins dans le fond de leurs poubelles, sur du sable ; leur handicap a une cause triviale et tragicomique, un accident de tandem, et le fait d’être des culs-de-jatte n’est pas gratifiant ni émouvant, comte tenu du contexte et de la manière dont ils sont traités ; Hamm a besoin de l’aide de Clov pour uriner, se lever, se coucher ; Clov est fatigué, mais pas blessé ; tout cela fait que les personnages n’ont pas de rédemption possible, ni d’honneur à être devenus des loques humaines.
- Idéologiquement (dans la mesure où on peut penser que Beckett représente une réalité en l’affectant de valeurs qu’il prône ou qu’il dénonce), cet ensemble de laideurs et d’infirmités correspond à une vision du monde pessimiste, mais pas forcément tragique. L’addition (ou la concurrence) de divers registres n’implique pas que le pathétique ou le tragique l’emporte.


Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 27 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

229 aujourd'hui
740 hier
1196165 depuis le début
20 visiteurs actuellement connectés