Dumarsais, Philosophe

jeudi 17 juin 2010
par  BM

Quelques pistes pour la révision ?

- L’opposition systématique entre les autres hommes et le philosophe en fait un être d’exception, dont la mission est justement de guider les autres.
- Observez donc la répétition du terme, en italiques.
- Observez aussi les images mélioratives et dépréciatives, les unes pour le philosophe, les autres pour l’espèce humaine.
- Repérez principalement les images de l’emportement ou de la passion, pour les humains normaux,et les images du calme, de la maîtrise, pour le philosophe.
- Repérez aussi les passages qui montrent que le philosophe doit guider les autres, et que c’est une sorte de devoir moral.
- Observez aussi l’usage des connecteurs logiques, qui font de ce texte une argumentation destinée à convaincre de la valeur de la réflexion.
- Observez également le procédé de juxtaposition systématique, parfois augmenté d’un connecteur d’opposition.
- Observez aussi l’opposition entre la foi et la raison : on comprend que l’auteur est favorable à une certaine laïcité, puisque la foi est inférieure à la raison, la foi est liée à l’obscurantisme, tandis que la raison est liée aux Lumières : vous avez le rapport avec le mouvement culturel, et vous pouvez penser à L’Ingénu, qui en prison forme son jugement par la lecture et le raisonnement.
- Repérez aussi que Dumarsais se met comme en retrait, ne parle pas de lui-même, mais d’un philosophe abstrait, théorique, LE philosophe des Lumières : c’est le principe de l’Encyclopédie, à savoir une entrée de type dictionnaire.
- Une phrase à la forme intéressante : lignes 17 à 19, où l’on trouve une série de termes voisins, entre lesquels il faut que l’esprit sache faire la différence, c’est une sorte d’exemple de bon jugement.
- Une phrase caractéristique de l’ironie un peu polémique de Dumarsais : lignes 22 à 26, où l’on trouve des compliments qui sont en fait des antiphrases, puisque la fin de la phrase prouve que ces gens-là ne savent pas réfléchir. L’ironie est une autre caractéristique des Lumières, et de la méthode d’argumentation de Voltaire, par exemple. Pour l’entretien, vous devez pouvoir dériver facilement.

Un conseil concret ?

- Lisez attentivement les notes de bas de page, et les questions qui accompagnent le texte, page 405.


Commentaires  (fermé)

Logo de B Maréchal
samedi 6 novembre 2010 à 17h00, par  B Maréchal

Dumarsais est caractérisé par sa confiance dans le rationalisme, qui lui fait adopter une attitude de méfiance systématique dans les affirmations quine seraient validées que par la seule foi, assimilée à de la crédulité.

La mission qu’il se donne est donc voisine de celle du prêtre, qui demande au fidèle de croire "sur parole", mais la différence fondamentale est que le philosophe a une mission plus proche de celle du pédagogue, capable d’expliquer son opinion ou son jugement. Si on le suit, ce n’est pas par espoir dans une vie future, mais dans l’espoir d’une amélioration de la vie présente, grâce à la pensée.

La conséquence implicite et logique est donc le refus de tout dogme religieux, fondé sur des légendes, sur des faits controuvés ou interprétés en faveur dudit dogme.

Et de toute manière, Dumarsais se range dans la lignée des philosophes des Lumières, pas forcément athées comme d’Holbach, mais très sceptiques, ou partisans d’une sorte de religion naturelle, d’un déisme : il existerait bien une sorte de dieu, mais il faudrait plutôt penser au culte de la déesse Raison tel que les révolutionnaires ont voulu l’instituer quelques années plus tard (sans succès).

Il faut donc élargir la réflexion à l’ensemble de ce mouvement littéraire et philosophique, dans l’esprit de l’Encyclopédie de Diderot, bien entendu : c’est là que cet article est paru.

Logo de Zaza
samedi 6 novembre 2010 à 16h00, par  Zaza

Bonjour, votre article m’aide beaucoup, mais je n’ai pas exactement compris pourquoi l’auteur semble critiquer la religion. Pouvez-vous me donner quelques détails ? Merci d’avance.

Brèves

Tous les bacs blancs

vendredi 9 mai 2014

Pour naviguer dans le répertoire de bacs blancs ...
Cliquez sur les bulles pour déplier la carte. Ensuite, les fichiers textes s’ouvriront au clic sur la flèche rouge.
Il y en a déjà 83 ... à suivre. Bonne lecture.

Antigone relue ...

lundi 9 septembre 2013

Une réécriture irrespectueuse

Les boloss des Belles Lettres ont commis un nouvel attentat contre la majesté de l’écriture antique. C’est ici.

Essayez aussi la « Twittérature », pour voir.
La réécriture de Madame Bovary est savoureuse ... c’est ici.

12 années d’EAF en métropole

vendredi 21 juin 2013

- 2002 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2003 : ES-S Biographique L Réécritures
- 2004 : ES-S Théâtre L Épistolaire
- 2005 : ES-S Poésie L Théâtre
- 2006 : ES-S Argumentation L Poésie
- 2007 : ES-S Argumentation L Biographique
- 2008 : ES-S Roman L Roman
- 2009 : ES-S Théâtre L Théâtre
- 2010 : ES-S Argumentation L Réécritures
- 2011 : ES-S Roman L Théâtre
- 2012 : ES-S Poésie L Renaissance et Humanisme
- 2013 : ES-S Roman L Réécritures

Et pour la suite, voyez le site de Philippe Lavergne !

Lorenzaziccio en TL ...

samedi 16 mars 2013

Deux réécritures amusantes, mais irrespectueuses.
Zazie ici, Lorenzaccio .
Lorenzaziccio

Antigone, arts plastiques

samedi 16 février 2013

Des peintres contemporains ont représenté Antigone.
En voici une première de Claude Creach, une autre de Sylvie Reboulleau.
Caroline Jegouic, sur son blog, montre deux de ses œuvres, que l’on ne peut pas copier : Antigone et Le cri d’Antigone.
Une sculptrice contemporaine, Michèle Charron-Wolf, a réalisé une Antigone en terre cuite, un sculpteur, Fernand Pouillon, une Antigone en pierre de Bourgogne.

Réécrire : pourquoi ?

mercredi 19 décembre 2012

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 3 septembre 2017

Publication

502 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
Aucun site
15 Auteurs

Visites

139 aujourd'hui
550 hier
1152197 depuis le début
17 visiteurs actuellement connectés